L’Occident voit sa capacité à dominer l’économie mondiale s’effriter, selon Moscou

© Sputnik . Ministère russe des Affaires étrangères  / Accéder à la base multimédiaSergueï Lavrov
Sergueï Lavrov - Sputnik Afrique, 1920, 26.12.2022
S'abonnerTelegram
Le système d’après-guerre qui faisait la part belle à la domination occidentale arrive en bout de course, a déclaré Sergueï Lavrov. L’Occident ne pourra plus garder longtemps la mainmise sur l’économie mondiale, prédit le ministre russe des Affaires étrangères.
L’Occident ne pourra pas éternellement diriger l’économie mondiale et la fin de cette domination semble proche, à en croire Sergueï Lavrov. Les promesses des systèmes d’après-guerre se sont aujourd’hui envolées et de plus en plus d’interrogations apparaissent sur cette dépendance à l’Ouest, a expliqué le ministre russe des Affaires étrangères lors d’une rencontre avec les médias nationaux.
"Nous nous sommes trop profondément immergés dans ce système [...] Je vous assure que dans un avenir proche, nous verrons une réduction des capacités de l'Occident. Une réduction très sérieuse de sa capacité à diriger l'économie mondiale comme il le souhaite", a-t-il ainsi déclaré.
Le chef de la diplomatie russe a ajouté que l’administration Biden adhérait aujourd’hui à la thèse de la "fin de l’histoire", élaborée par le politologue Francis Fukuyama dans les années 90. Un scénario qui annonce la victoire de l’idéologie libérale dans le monde. Les sanctions et positions anti-russes découlent en partie de cette vision politique, a ajouté Sergueï Lavrov.
La théorie de la "fin de l’histoire" a depuis été contestée par d’autres penseurs, comme Samuel Huntington, qui prévoyait pour sa part un "choc des civilisations", en 1996.

"Nous n'allons pas courir après l'Occident"

La Russie pour sa part ne compte pas faire la cour à tout prix à l’Occident. Moscou préfère se concentrer sur des partenaires fiables, a encore souligné le ministre russe des Affaires étrangères.
"Comme nous l'avons dit plus d'une fois, nous n'allons pas courir après l'Occident. Nous nous concentrerons sur ceux qui ne nous ont jamais laissé tomber. Ceux avec qui nous avons trouvé des compromis parfois difficiles, mais où personne n’a jamais été lésé. Avec l'Occident, c’est exactement le contraire", a-t-il ainsi déclaré.
Économiquement, la Russie a notamment accentué ses partenariats avec l’Asie. Depuis l’entrée en vigueur des sanctions occidentales. Moscou est notamment devenu le premier fournisseur de pétrole de l’Inde et a battu des records d’exportations de gaz vers la Chine, mi-décembre.
La Russie continue également de tisser des liens avec l’Afrique. Moscou souhaite par exemple que ces exportations d’engrais et de céréales puissent être livrées à titre gracieux aux pays les plus nécessiteux du continent. Mais d’importantes cargaisons de ces produits russes sont aujourd’hui coincées dans les ports européens.
Sur sa lancée de sa tournée africaine l’été dernier, Sergueï Lavrov prévoit d’ailleurs de visiter plus d’une dizaine de pays africains en 2023.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала