Retrait du Burkina: "la France dérange notre marche triomphale vers l'horizon du bonheur"

© AP Photo / Jerome DelayUn soldat français de l'opération Barkhane
Un soldat français de l'opération Barkhane - Sputnik Afrique, 1920, 24.01.2023
S'abonnerTelegram
Les forces militaires françaises déployées au Burkina Faso ne jouaient aucun rôle en matière de sécurisation du territoire, soutient auprès de Sputnik la section burkinabé du mouvement Planète des Jeunes Panafricanistes. À l’instar du Mali, Ouagadougou vient de trancher sur le départ des forces militaires hexagonales.
Les autorités burkinabés ont confirmé la demande de départ du contingent français. Cela s’inscrit dans la détérioration générale des relations entre Paris et Ouagadougou, qui ne date pas d’hier, développe auprès de Sputnik Adama Sawadogo, secrétaire général de la section burkinabé du mouvement Planète des Jeunes Panafricanistes.
D’après lui, les premières fractures sont apparues dès 2020, quand des rassemblements pacifiques avaient été organisés pour "montrer le mécontentement du bas peuple burkinabé".

Inefficacité sécuritaire

Le contingent français stationné dans ce pays sahélien depuis 2018 "ne jouait aucun rôle en matière de sécurisation du territoire national burkinabé", souligne l’activiste: "Pire, la France offrait à ses copains de l'UE, les territoires et les richesses sous terrains de notre pays".
De plus, Paris aurait traité avec les terroristes, assure-t-il: "De source locale sûre, la France a été prise la main dans le sac plusieurs fois, a livré des armes aux ennemis de la nation burkinabé", ajoutant que "des images de soldats français avec des terroristes dans le Sahel ont fait les tours des forums de discussion WhatsApp, des armes avec signature française ont été retrouvées sur des terroristes abattus".
"Comment se fait-il que notre partenaire qui est une puissance militaire mondiale n'arrive pas à nous aider dans la fourniture d’armes sophistiquées et adaptées à cette guerre", s’interroge Adama Sawadogo.
Les questions "de la traite négrière, les missions d'exploration, le colonialisme, le néocolonialisme" pèsent également.
"La France dérange littéralement notre marche triomphale vers l'horizon du bonheur", considère Adama Sawadogo.
Le Mali, pays voisin du Burkina, a également acté sa rupture avec la France. En août 2022 les militaires français ont quitté le Mali pour se concentrer au Niger. Quelques jours après, Bamako a accusé Paris de soutenir le terrorisme sur son sol, ce que l’ambassade française a formellement démenti.

Espoirs russes

Parallèlement, alors que le pays semble se tourner vers la Russie, l’activiste énumère ce que le Burkina Faso attend de Moscou, allant de "la fourniture diligente de la logistique militaire adaptée à cette guerre" jusqu’à de "nouvelles techniques d’agriculture modernes capables de réaliser l'autosuffisance alimentaire au Burkina Faso".
En visite à Moscou en décembre, le Premier ministre du Burkina Faso a appelé au renforcement des relations entre la Russie et son pays, particulièrement dans le domaine de la lutte antidjihadiste.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала