Le Burkina Faso veut que la Russie devienne son alliée dans la lutte contre le terrorisme

© AP Photo / Kilayé BationoUne manifestation au Burkina Faso, le 2 octobre 2022
Une manifestation au Burkina Faso, le 2 octobre 2022 - Sputnik Afrique, 1920, 21.12.2022
S'abonnerTelegram
Le Premier ministre burkinabé a appelé au renforcement des relations entre la Russie et son pays, invitant Moscou à s’engager dans la lutte antidjihadiste et contre la crise alimentaire. Il a déploré la faible représentation commerciale et culturelle russe au Burkina.
En visite à Moscou, Apollinaire Kyelem de Tambèla, récemment nommé au poste de Premier ministre de transition du Burkina Faso, a évoqué les domaines éventuels de la coopération entre la Russie et son pays.

Domaine sécuritaire

Dans une interview à RT France, le dirigeant burkinabé s’est penché sur la question de la sécurité, le Burkina étant en proie à des terroristes djihadistes depuis des années.
"Nous souhaitons que la Russie soit un allié [dans la lutte antidjihadiste], comme tous nos partenaires", a-t-il développé, avant d’ajouter: "Nous savons que la Russie est une grande puissance, et si la Russie le veut, elle peut nous aider dans ce domaine".
"Actuellement la priorité des priorités c’est le domaine sécuritaire, donc nous en avons discuté. Nous espérons que d’ici quelque temps seulement nous allons gérer ce problème, mais au-delà de cela il faut que nos relations se poursuivent", a indiqué le Premier ministre.

"Visite privée"

Apollinaire Kyelem de Tambèla a effectué sa visite de quelques jours à Moscou début décembre. Selon la presse africaine, la délégation burkinabé était composée d’une dizaine de personnes. L’objectif de la visite n’a pas été commenté officiellement, l’équipe du Premier ministre s’est contentée de dire qu’il s’agissait d’une "visite privée".
Dans son interview à la chaîne russe, diffusée le 20 décembre, mais enregistrée le 13 décembre, le Premier ministre burkinabé a révélé que son but était le renforcement de la "coopération dans tous les domaines possibles".
"Notre objectif, c’est toujours d’avoir un plus, ce n’est pas que quelqu’un vienne remplacer quelqu’un d’autre, c’est pour avoir plus d’options", a-t-il ajouté.

"Plus de produits russes au Burkina Faso"

Le dirigeant burkinabé a invité la Russie à être plus représentée au Burkina. Actuellement, la Russie est "pratiquement inexistante" au Burkina, a-t-il fait savoir. "Nous aimerions que la Russie prenne la place qui lui revient en tant que grande nation dans mon pays parce qu’il y a une expérience de la Russie et nous aimerions qu’elle partage cela avec nous", a-t-il soutenu.
Il a appelé le monde des affaires russe à venir dans son pays:
"En matière de médicaments, vous produisez beaucoup de médicaments […]. Pourquoi les Russes ne viennent pas ouvrir des pharmacies chez moi au Burkina Faso, comme le font les Français?".
Il a souhaité avoir "plus de produits russes au Burkina Faso".
Le Premier ministre de la transition a plaidé pour que la Russie aide le Burkina à surmonter la crise alimentaire: "À court terme, nous aimerions que la Russie nous aide en fournissant du blé", tandis qu’à moyen terme la Russie pourrait aider cultiver cette céréale sur les terres burkinabé.
Apollinaire Kyelem de Tambèla a également évoqué le renforcement des liens culturels et l’éventualité de la reprise des vols directs entre les capitales russe et burkinabé.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала