Synergie, cohésion: 2022 marque un tournant pour les BRICS

© Sputnik . Alexei Danichev / Accéder à la base multimédiaBRICS
BRICS  - Sputnik Afrique, 1920, 26.12.2022
S'abonnerTelegram
Les BRICS ont occupé le devant de la scène en 2022, au point que plusieurs pays frappent désormais à la porte du groupe. Les cinq pays ont montré une cohésion plus marquée en cette année délicate, affirme à Sputnik le politologue Boris Zabolotsky.
L’année 2022 n’aura pas seulement été celle du conflit en Ukraine ou de la valse des Premiers ministres au Royaume-Uni, mais aussi celle des BRICS, a expliqué à Sputnik Boris Zabolotsky, doctorant en sciences politiques à l'Université du Rio Grande do Sul.
Malgré une philosophie basée sur la multipolarité et des intérêts parfois divergents au sein du groupe, notamment en matière de défense, les cinq pays (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont en effet montré une forte cohésion cette année, souligne le politologue.
"Il y a un agenda multilatéral au sein des membres […] Mais nous avons vu une grand synergie dans le bloc en ce qui concerne, par exemple, les votes à l'Onu et le conflit en Ukraine", explique-t-il.
Si les échanges économiques entre certains membres se sont accentués avec le conflit en Ukraine, particulièrement entre la Chine et la Russie, d’autre pays ont aussi marqué un retour au sein des cinq. Le Brésil, qui avait quelque peu délaissé le groupe ces dernières années, a réévalué "l’importance des BRICS dans sa politique étrangère", note Boris Zabolotsky.
L’affirmation des BRICS et leur vocation à porter un discours multipolaire symbolise, et plus largement une "réorganisation du système qui a émergé dans l'après-guerre froide", explique encore le chercheur.
Des propos qui font écho avec ceux du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui a récemment déclaré que ce modèle d’après-guerre touché à sa fin, et avec lui, la domination de l’Occident sur l’économie mondiale.

Des BRICS courtisés

Les travaux des BRICS ont par ailleurs attiré l’attention de plusieurs puissances régionales ces derniers mois. Certains, comme l’Algérie, ont déjà sauté le pas et déposé une demande d’adhésion. L’Argentine, invité au dernier sommet des BRICS, a également fait part de sa volonté d’intégrer le groupe.
D’autres pays se rapprochent de la bande, comme l’Égypte, qui vient d’adhérer à la Nouvelle banque de développement (NDB), instrument crée pour soutenir la coopération des BRICS. Pékin a pour sa part invité des pays comme l’Indonésie, le Sénégal et le Nigéria à rejoindre le dialogue lancé par le groupe.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала