Sabotage du Nord Stream: les États-Unis gagnants sur toute la ligne, pour un analyste français

© Sputnik . Dmitri Leltchouk / Accéder à la base multimédiaUn chantier du gazoduc Nord Stream 2 en Allemagne (archive photo)
Un chantier du gazoduc Nord Stream 2 en Allemagne (archive photo) - Sputnik Afrique, 1920, 18.11.2022
S'abonnerTelegram
Les États-Unis avaient tout à gagner à mettre hors service les gazoducs Nord Stream, explique à Sputnik l’analyste français Bertrand Scholler. Ce sabotage coupe notamment les ponts énergétiques entre la Russie et l’Europe, au bénéfice de Washington.
Alors que la Suède a confirmé que les explosions ayant touché le Nord Stream étaient bien des actes de sabotage, le mystère demeure quant à leur commanditaire. L’administration Biden a été pointée du doigt par certains, d’anciens propos du Président américain menaçant les gazoducs ne tardant pas à être exhumés.
Mais au-delà des petites phrases, les États-Unis sont les véritables gagnants de ces sabotages, ayant fait "d’une pierre plusieurs coups", comme l’explique à Sputnik Bertrand Scholler, conseiller stratégique et blogueur français. Le Nord Stream mis hors service, les Américains multiplient notamment les débouchés pour le gaz de schiste.

"En détruisant ces gazoducs les États-Unis empêchent l’Europe de s’unir avec la Russie sur le plan économique, social et militaire. C’est une manière en fait de mettre l’Europe sous la coupe du gaz de schiste américain qui est le seul gaz disponible en grande quantité pour remplacer le gaz russe", souligne l’expert.

Un gaz de schiste vendu bien plus cher que le gaz russe, puisqu’il arrive par méthaniers et nécessite des capacités d’accueil et de traitement qui font s’envoler les coûts, rappelle encore Bertrand Scholler.

L’Europe en rade sans les énergies russes

Mais le sabotage du Nord Stream coupe également les ponts énergétiques et économiques entre l’Europe et la Russie. Un coup d’arrêt qui met en particulier l’Allemagne dans la panade, le pays de Goethe s’appuyant sur le gaz russe pour faire tourner son industrie.
"Le gazoduc crée un lien extrêmement fort entre l’Allemagne et la Russie. Sachant que l’Allemagne est la troisième puissance industrielle mondiale après les États-Unis et la Chine. Mais ce succès allemand est en très grande partie lié à l’énergie qu’elle pouvait acheter à la Russie dans d’excellentes conditions", déclare ainsi Bertrand Scholler.
Plus généralement, cette guerre économique menée contre Moscou est symptomatique d’une rivalité entre les États producteurs et ceux ayant la main "sur le secteur bancaire, le système monétaire mondiale ou les grands groupes d’assurance", ajoute le spécialiste.
Et de rappeler le sort réservé ces dernières années à certains exportateurs d’hydrocarbures un peu trop remuants, comme le Vénézuela ou la Libye de Mouammar Kadhafi.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала