Zelensky "a le désir fou de lancer une confrontation nucléaire", alerte Moscou

© Sputnik . Alexeï Maïchev / Accéder à la base multimédiaMinistère russe des Affaires étrangères
Ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik Afrique, 1920, 27.10.2022
S'abonnerTelegram
Zelensky souhaite envenimer la situation avec des risques nucléaires pour obtenir de nouvelles aides auprès de l’Occident, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe. Pour réussir, le régime de Kiev organise des provocations telles que le pilonnage de la centrale de Zaporojié et la préparation d’une "bombe sale" pour en accuser la Russie.
Volodymyr Zelensky aspire à exacerber les risques d’un conflit nucléaire mondial, compte tenu de certaines dernières démarches de Kiev, a indiqué ce 27 octobre la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.
"Il [Zelensky] a le désir fou de lancer une confrontation nucléaire", a déclaré Maria Zakharova, tout en citant le récent appel du Président ukrainien à l’Otan pour mener des "frappes préventives nucléaires" contre la Russie.
Selon elle, le régime de Kiev a tenté une escalade de la situation, pilonnant pendant plusieurs mois la centrale nucléaire de Zaporojié et en accusant la Russie. Cette provocation aurait dû entraîner une réponse occidentale qui conduirait le monde au bord d’une catastrophe nucléaire.

Quel serait son objectif?

Comme ce projet a échoué, l’Ukraine prépare une provocation à la "bombe sale", explique la porte-parole. Des tentatives qui auraient pour but d’obtenir plus de soutien:
"Il est fort possible que ce chantage nucléaire soit exercé par le régime de Kiev y compris pour obtenir davantage d’aides financières et militaires. Celle financière [est réservée] pour lui-même, parce que beaucoup [d’argent] vont tout de suite sur leurs comptes. Celle militaire n’est pas pour défendre le peuple ukrainien mais [pour se défendre] eux-mêmes, en détruisant de plus en plus l’Ukraine".
Compte tenu de cette situation, Moscou exhorte l’Occident à convaincre les autorités ukrainiennes de renoncer à ce projet:
"Nous appelons l’Occident à influencer sur ses protégés ukrainiens pour qu’ils renoncent à cette aventure dangereuse et à toute démarche ou action associée au chantage nucléaire. Parce que cela entraîne des conséquences irréversibles et aux pertes massives de civils innocents", conclut-elle.

Alertes russes

Ces derniers jours, la Russie affirme que l’Ukraine est sur le point de fabriquer et d’utiliser une "bombe sale", explosif conventionnel auquel des éléments radioactifs sont ajoutés. L'explosion libère un nuage de poussière radioactive, la zone touchée devient inhabitable.
Le 23 octobre le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a appelé ses homologues américain, français, britannique et turc pour les avertir du recours imminent de l’Ukraine à la bombe sale. Le 24 octobre Paris, Londres et Washington ont fustigé ensemble ces déclarations en les qualifiant de "fausses".
"Personne ne serait dupe d'une tentative d'utiliser cette allégation comme prétexte à une escalade", ont-ils souligné dans une déclaration commune.
Toujours le 24 octobre le général Igor Kirillov en charge au sein de l'armée russe des substances radioactives, a affirmé que la fabrication d'une bombe sale par les Ukrainiens était "entrée dans sa phase finale".
Le 26 octobre une source proche du dossier a indiqué à Sputnik que l’Ukraine aurait fabriqué un missile factice russe pour faire une provocation à la bombe sale et "convaincre la communauté occidentale de la responsabilité russe".
Dans les prochains jours, l'AIEA visitera deux sites sensibles ukrainiens. Les résultats de l’inspection seront connus dans quelques semaines.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала