"Qui est derrière le sabotage des Nord Stream?": la diplomatie chinoise aurait trouvé la réponse

© Sputnik . Ministère danois de la DéfenseUne fuite du gaz suite à l'explosion sur les Nord Stream, septembre 2022
Une fuite du gaz suite à l'explosion sur les Nord Stream, septembre 2022 - Sputnik Afrique, 1920, 09.10.2022
S'abonnerTelegram
Joe Biden avait évoqué la possibilité de "mettre fin au Nord Stream", tandis qu’Antony Blinken a parlé des "énormes opportunités" qui s'ouvrent aux États-Unis sur le marché énergétique suite aux incidents rarissimes sur les Nord Stream, a pointé la porte-parole de la diplomatie chinoise.
Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a sa version concernant les fuites des gazoducs Nord Stream dans la mer Baltique, reliant la Russie avec l’Allemagne.

"Qui est derrière le sabotage des Nord Stream? Qui en est le plus grand bénéficiaire? Le sabotage d'infrastructures transnationales clés n'est-il pas un crime contre le droit international? Une enquête approfondie est certainement nécessaire", a-t-elle tweeté en anglais le 7 octobre.

La diplomate chinoise a assorti sa publication de trois captures d’écran. La première contient une citation de Joe Biden, lorsque le Président américain évoquait la possibilité de "mettre fin au Nord Stream" si les troupes russes franchissaient la frontière ukrainienne. Une autre capture comprend la citation d’Antony Blinken qui parle des "énormes opportunités" qui s'ouvrent aux États-Unis sur le marché énergétique. La troisième est un tweet du Pentagone sur la formation de nageurs américains issus des forces spéciales.

Enquête en cours

Fin septembre, quatre fuites ont été enregistrées sur les deux pipelines, au large de l'île danoise de Bornholm dans les zones économiques exclusives de la Suède et du Danemark. Selon Stockholm et Copenhague, elles ont été provoquées par des explosions sous-marines équivalant à des centaines de kilos de TNT et toutes les informations disponibles indiquent que ces explosions sont la conséquence d'un "acte délibéré".
Au total, les écoulements se sont terminés le 3 octobre. Les tuyaux endommagés sont inexploitables.
La Suède mène ses investigations. Suite à la demande de la Russie, une réunion du Conseil de sécurité de l'Onu a été convoquée le 30 septembre. Moscou a exigé début octobre de participer à l'enquête sur les fuites.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала