Arctique: les sous-marins US face aux "menées" russes et chinoises

© AFP 2022 US NAVYLe sous-marin nucléaire américain USS Seawolf
Le sous-marin nucléaire américain USS Seawolf - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Les Américains envoient un sous-marin sous la glace du Pôle Nord et soupçonnent un navire océanographique russe de surveiller leurs submersibles.

Brise-glace Iamal en Arctique - Sputnik Afrique
Présence militaire dans l’Arctique: Washington devancé
Le sous-marin nucléaire américain USS Seawolf a achevé le 21 août une mission de plusieurs semaines sous le Pôle Nord appelée à envoyer un signal à Moscou et à Pékin, leur indiquant que la Marine américaine a le droit de naviguer où elle veut, rapporte l'édition Daily Beast.

La mission arctique du sous-marin américain a commencé en mars. L'USS Seawolf a quitté sa base à Bremerton, sur la côte du Pacifique, et devait passer par le détroit de Béring et le Pôle Nord pour rejoindre le lieu des exercices de la 6e Flotte américaine dans l'Atlantique. Selon Daily Beast, ce voyage arctique devait en outre montrer au monde entier "que la Marine américaine peut aller dans n'importe quel endroit aux eaux profondes".

"Ce déplacement est important parce qu'il fait partie des efforts continus de l'US Navy appelés à garantir l'accès à toutes les mers internationales", a déclaré le commandant du sous-marin Jeff Bierley. 

Arctique: si vis pacem, para bellum - Sputnik Afrique
Arctique: si vis pacem, para bellum
Selon Daily Beast, 71 sous-marins américains sont en mission notamment pour faire  aux "menées" de Moscou et de Pékin qui "aimeraient limiter la liberté de déplacement de la Marine américaine". Les Etats-Unis envisagent d'envoyer deux autres sous-marins sous les glaces du Pôle Nord en 2016, d'après l'édition.

Selon l'édition Washington Free Beacon, les militaires américains soupçonnent un navire océanographique russe, en mission depuis fin août, de surveiller les sous-marins américains. Il s'agit du bateau scientifique Iantar qui fait route de l'Atlantique du Nord vers Cuba. L'aviation, les navires de reconnaissance et les satellites américains suivent les déplacements du Iantar.

Le ministère américain de la Défense estime que le Iantar collecte des données sur les capteurs sous-marins et d'autres équipements utilisés par la base des sous-marins nucléaires de Kings Bay, en Géorgie, ainsi que sur les lignes de communications sous-marines du Pentagone. Les militaires américains expliquent leurs craintes par le fait que le Iantar est doté d'appareils de surveillance sous-marine et de coupe-câbles. Dans le même temps, le Pentagone a déclaré à Washington Free Beacon qu'il respecte "le droit des pays à utiliser leurs navires de guerre dans les eaux internationales conformément aux normes du droit international".

Le bateau océanographique Iantar, tête de série du projet 22010, peut transporter deux sous-marins de poche Mir capables de descendre à 6.000 mètres de profondeur. Mis à l'eau en décembre 2012, le Iantar a quitté le port russe de Baltiïsk début août dernier pour tester les submersibles Mir dans l'océan Atlantique.


Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала