Un manifestant amputé d'un testicule après une mobilisation à Paris

© SputnikManifestation contre la réforme de la retraite à Paris, le 19 janvier 2023
Manifestation contre la réforme de la retraite à Paris, le 19 janvier 2023 - Sputnik Afrique, 1920, 23.01.2023
S'abonnerTelegram
Jour noir pour un jeune homme de 26 ans qui s’est fait retirer un testicule après avoir reçu un coup aux parties génitales lors de la première manifestation contre la réforme des retraites à Paris. Son avocate entend porter plainte, selon la chaîne de télévision Franceinfo.
Un Franco-Espagnol a été amputé d’un testicule après avoir été blessé lors de la première manifestation contre la réforme des retraites le 19 janvier à Paris, relate la chaîne de télévision Franceinfo.
Cet ingénieur de profession et photographe à ses heures perdues a reçu un coup de matraque dans l’entre-jambe.
"Aimant la photo, il se trouvait dans la manifestation, lorsqu'un policier le fait tomber. Alors qu'il est à terre, sur le dos, les mains agrippées à son appareil qu’il ne veut surtout pas abîmer, un autre policier bondit sur lui de manière gratuite et vise délibérément les parties génitales", a expliqué Lucie Simon, l’avocate de la victime, citée par Franceinfo.

Une violence gratuite

D'après Me Simon, rien ne justifie une telle violence.
"Les images vidéo montrent, que ce soit avant ou après l'intervention policière, qu'il ‘ne représente aucun danger’", assure-t-elle, citée par Franceinfo.
Avant de préciser que le jeune homme "n’a pas été interpellé par la suite".

Une plainte à venir

Selon BFMTV, une plainte, pour violence volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique entraînant mutilation, est en train d’être déposée auprès des juridictions compétentes.
De son côté, la préfecture de police de Paris parle d'une enquête administrative qui suit son cours. Elle garantit tout de même que cette situation a eu lieu "dans un contexte d’extrême violence et dans le cadre d’une manœuvre de police pour interpeller des individus violents".
Le préfet attend du directeur de l’ordre public et de la circulation que "les circonstances exactes de l’incident rapporté soient éclaircies".
Le 18 octobre à Paris, un journaliste avait été blessé au niveau de l'arcade sourcilière par une balle en caoutchouc utilisée par la police.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала