Le président de la CAF réagit à l’absence du Maroc au CHAN 2022

© AFP 2023 FAROUK BATICHEDrapeaux de l'Algérie et du Maroc
Drapeaux de l'Algérie et du Maroc - Sputnik Afrique, 1920, 14.01.2023
S'abonnerTelegram
Sur fond de différend politique, l’équipe marocaine ne s’est pas rendue en Algérie, pays accueillant le Championnat d'Afrique des nations (CHAN) de football. En réagissant à cet imbroglio, la Confédération africaine de football (CAF) a exprimé sa volonté de continuer à chercher une résolution à ce problème.
Le président de la Confédération africaine de football (CAF) Patrice Motsepe a réagi à l’absence de l’équipe marocaine au championnat d’Afrique des joueurs locaux, le CHAN 2022, qui vient de démarrer en Algérie.
"Cela m’attriste. Je veux que ces jeunes [la sélection marocaine des joueurs de moins de 23 ans, ndlr] représentent le peuple marocain, mais aussi les Africains", a déclaré le 13 janvier Patrice Motsepe, à son arrivée vendredi à Rabat, pour un événement sportif.
Il a ajouté avoir passé "ces derniers jours à faire tout [s]on possible" dans les discussions avec le gouvernement algérien, tout en exprimant sa volonté de continuer à chercher une résolution à ce problème.
Le responsable sportif a fait savoir sa volonté de ne pas mêler la politique et le sport: "Nous ne sommes pas des politiques. Nous ne voulons pas que la politique s’invite dans le football".
Pour lui, le but du football est d’"unir les peuples".

Ira ou n'ira pas?

Le 13 janvier, les joueurs marocains, doubles tenants du titre du CHAN, ont passé trois heures dans une salle d’attente de l’aéroport de Rabat, mais ont finalement dû partir faute d'autorisation de décollage de la part des autorités algériennes.
Toujours le 13 janvier, Fouzi Lekjaa, président de la fédération marocaine FRMF, a déclaré qu'il était "vraiment regrettable que l'équipe nationale marocaine, qui se préparait sérieusement depuis six mois pour participer au CHAN et défendre son titre, ait été privée de cette chance".
Dès septembre 2021, l’Algérie a fermé son espace aérien à tous les avions civils et militaires marocains. Une conséquence de la rupture diplomatique entre les deux pays, qui n’arrivent pas à s’entendre sur le statut du Sahara occidental.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала