Moscou s'attend à ce que Paris condamne l’attentat contre la Maison russe à Bangui

© Sputnik . Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères  / Accéder à la base multimédiaPorte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova
Porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova - Sputnik Afrique, 1920, 22.12.2022
S'abonnerTelegram
Jugeant que les autorités françaises ont "vivement encouragé ces derniers temps une campagne antirusse en Afrique", la diplomatie russe espère tout de même que Paris exprimera ses regrets et condamnera le récent attentat à l’explosif dans lequel Dmitry Sytyï, chef de la Maison russe à Bangui, a été grièvement blessé.
Le ministère russe des Affaires étrangère a réagi à l’absence de condamnation par Paris de l’attentat à Bangui qui a visé le 16 décembre le chef de la Maison russe.
"Nous pensons que les autorités françaises, qui ont vivement encouragé ces derniers temps une campagne antirusse en Afrique et qui cherchent à discréditer de manière injuste l'amitié de la Russie avec ses partenaires africains, doivent réfléchir plus souvent aux conséquences de leurs actions, paroles et actes parfois irresponsables", a déclaré Maria Zakharova.
Et d’ajouter:
"Nous attendons et espérons vivement que Paris exprimera sa sympathie, ses regrets et sa condamnation à l'égard de l'attaque terroriste, s’il est tellement préoccupé ces derniers temps au sujet de la Russie en Afrique".

Attentat à Bangui

Le chef de la Maison russe à Bangui, Dmitri Sytyï, a été grièvement blessé le 16 décembre lorsqu’un colis piégé lui a explosé dans les mains. Sur les lieux, la police locale a découvert un petit bout de papier avec une inscription en russe "C’est pour toi au nom de tous les Français. Les Russes doivent quitter l’Afrique".

La ministre française de l’Europe, Catherine Colonna, a alors qualifié cette note de "propagande" et a évoqué de "violences" commises, selon elle, par certaines structures militaires privées russes contre les civils centrafricains.

En réaction, le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de France en Russie, Pierre Lévy, et a protesté contre les propos de la ministre, les jugeant "déplacés" compte tenu du fait qu’un citoyen russe a été blessé par cet acte criminel.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала