- Sputnik Afrique, 1920
Afrique en marche
Et si l'Afrique prenait son envol dans le contexte du monde multipolaire naissant? C’est à ce débat que L’Afrique en marche aimerait prendre part.

"Si le Parlement européen avait un pouvoir contraignant, la 3e GM aurait déjà été déclenchée"

«Si le Parlement européen avait un pouvoir contraignant, la 3e GM aurait déjà été déclenchée»
S'abonnerTelegram
La Russie a été désignée par les eurodéputés "pays promoteur du terrorisme". La définition onusienne du terrorisme conviendrait mieux à l’Occident qui "en est à son cinquième siècle en la matière", affirme au micro de Sputnik Afrique Ferhat Ait Ali, ex-ministre algérien.
"Je suggère de reconnaître le Parlement européen comme promoteur de la débilité!". C’est dans ces termes crus que la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a ironiquement dénoncé le vote du Parlement européen, le 23 novembre, en faveur d’un texte désignant la Russie comme "État promoteur du terrorisme" international.
Pour l’ex-ministre algérien Ferhat Ait Ali, on ne peut que souscrire à la suggestion de Mme Zakharova.
"Heureusement cette résolution n’a pas de caractère contraignant. Car, si ce machin qu’est le Parlement européen avait le moindre pouvoir contraignant en matière de décision stratégique, cela ferait bien longtemps que Mme Von Der Leyen aurait déclenché la troisième guerre mondiale. Avec cette résolution, elle se serait vraisemblablement prise pour le dernier empereur du Saint-Empire romain germanique, quelque part en croisade contre les Slaves à l'est de l’Europe".
Par ailleurs, M.Ait Ali estime qu’en partant de la définition onusienne du terrorisme - à savoir l'intimidation ou la coercition d'une population par la menace ou la perpétration d'actes de violences – "nous pouvons dire que l’Occident en est à son cinquième siècle en la matière".

Punir ou bénir l’Algérie pour ses relations avec la Russie?

Une lettre a été également adressée à la Commission européenne par des eurodéputés. Ils y demandent la révision des accords d’association et de libre-échange avec l’Algérie en représailles à ses relations étroites avec la Russie. Notre interlocuteur se dit tout à fait favorable à cette démarche. Et pour cause, cela fait 20 ans qu’il se bat pour leur annulation pure et simple.
"Ce fameux Parlement ignore que c’est la Commission européenne qui a refusé de renégocier et de réviser ces accords souhaités par les autorités algériennes. Des accords unilatéraux, servant l'enrichissement de l'Europe par le biais du libre-échange à sens unique, et provoquant la désertification économique et industrielle en Algérie", explique l’ex-ministre.
Dans le même sens, il souligne que ces eurodéputés "sont tellement idiots qu'ils demandent à leur Commission de faire exactement ce que nous (les Algériens, ndlr) demandons depuis des années".
► Vous pouvez écouter ce podcast aussi sur les plateformes suivantes : Apple PodcastsDeezerGoogle PodcastsCastbox
► Écoutez tous les podcasts de l’Afrique en marche
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала