- Sputnik Afrique, 1920
Afrique en marche
Et si l'Afrique prenait son envol dans le contexte du monde multipolaire naissant? C’est à ce débat que L’Afrique en marche aimerait prendre part.

Les promesses des pays riches à l’Afrique sur le climat ne seraient pas près de se réaliser

Les promesses des pays riches à l’Afrique sur le climat ne seraint pas près de se réaliser
S'abonnerTelegram
Les pays africains ne devraient compter que sur eux-mêmes et lancer des politiques communes, notamment de sécurité alimentaire. C’est l’avis de Toufik Hasni, expert algérien en énergies renouvelables. Il répond au micro de Sputnik Afrique.
Le 20 novembre se terminait à Charm el-Cheikh, en Égypte, la conférence du climat COP27. Aucune avancée majeure n’a été enregistrée par rapport aux précédents sommets, sinon la création d’un fonds "pour pertes et dommages" au profit des pays pauvres. Cette promesse vient s’ajouter à celle de 2009, toujours pas tenue par les pays développés, qui ont promis de transférer au moins 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 vers les pays du Sud, et ce pour faire face aux méfaits du dérèglement climatique.
"L’échec de la COP27 était prévisible du fait que les grands lobbys pétroliers et gaziers, qui sont responsables de tous les blocages des résolutions des sommets précédents, étaient fortement représentés à Charm el-Cheikh", estime Toufik Hasni, expert en énergies renouvelables et ancien cadre dirigeant de Sonatrach.
Il estime que les 100 milliards de dollars promis par an et jamais fournis aux pays pauvres sont une somme dérisoire pas suffisante pour passer aux énergies zéro carbone.
Pour Toufik Hasni, l’Afrique a besoin d’au moins 2.000 milliards de dollars d’investissement pour réussir sa transition énergétique sans pénaliser les politiques de développement nationales. Pour cela elle ferait mieux de compter sur ses propres moyens aussi bien naturels qu’humains. Le continent ne devrait pas s'attacher au rêve du financement promis par les pays riches qui n’est pas près de se réaliser, selon lui.
"Les pays africains ont tous les moyens nécessaires pour mettre sur pied des politiques communes de lutte contre l’impact du dérèglement climatique tout en assurant leur sécurité alimentaire et énergétique", affirme M.Hasni.
À titre d’exemple, il cite "le potentiel de l’Algérie dans le solaire thermique qui est l’un des plus importants du monde". L’expert précise que le potentiel du solaire thermique représentait l’équivalent de 37.000 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an, soit près dix fois la consommation mondiale largement suffisante pour assurer la sécurité énergétique de l’Europe et des pays de l’Afrique.
► Vous pouvez écouter ce podcast aussi sur les plateformes suivantes : Apple PodcastsDeezerGoogle PodcastsCastbox
► Écoutez tous les podcasts de l’Afrique en marche
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала