Souhaitant une réunification pacifique avec Taïwan, Xi Jinping n’exclut pas le recours à la force

© Sputnik . Vadim Savitski / Accéder à la base multimédia20e congrès national du Parti communiste chinois
20e congrès national du Parti communiste chinois - Sputnik Afrique, 1920, 16.10.2022
S'abonnerTelegram
Sur fond de tensions avec Taïwan, la Chine continuera de résister aux actions visant l’indépendance de l’île. À l’ouverture du XXe Congrès du Parti communiste, Xi Jinping a déclaré "s'efforcer sincèrement à parvenir à une réunification pacifique", mais l’usage de la force n’est pas exclu. Or, Taipei ne souhaite pas lâcher sa souveraineté.
Pour le Président chinois, la réunification de la Chine continentale avec l’île de Taïwan sera irréversible.
Soulignant que Pékin "s'efforce[ra] sincèrement de parvenir à une réunification pacifique", Xi Jinping a affirmé que les autorités se réserveront le droit de prendre toutes les mesures qu’elles jugeront nécessaires.
"Nous ne promettrons jamais de renoncer à la force […], [et prendrons toutes les mesures] visant l’intervention de forces extérieures et un nombre faible de séparatistes souhaitant l’indépendance de Taïwan, ainsi que leurs pratiques [en ce sens]", a-t-il déclaré à l’ouverture du XXe Congrès du Parti communiste.
D’après lui, ces mesures ne seront en aucun cas dirigées contre la majorité de la population taïwanaise.
Xi Jinping a par ailleurs souligné que la Chine favorisait "les échanges et la coopération entre les deux rives du détroit de Taïwan".

Position "ferme" de Taïwan

Taipei a pour sa part insisté sur sa position "ferme".
Commentant la déclaration de Xi, le porte-parole de l’administration de Taipei a estimé que "le peuple taïwanais [était] unanime sur le fait qu'aucune concession ne peut être faite sur les questions de souveraineté, de démocratie et de liberté, et que la confrontation n'est pas une option pour les deux côtés du détroit".
Alors que Pékin considère Taïwan comme une de ses provinces, l’île se voit indépendante. Les relations officielles entre Taipei et Pékin ont été rompues en 1949, mais depuis 1990 les parties entretiennent des contacts via des organisations non gouvernementales.
Ces derniers mois, la situation s’est exacerbée avec la visite de Nancy Pelosi à Taïwan. Au total, durant cette année, la partie américaine a visité neuf fois l’île. L’arrivée de Nancy Pelosi a été condamnée par Pékin qui a jugé qu’elle soutenait le séparatisme. La Chine a ensuite lancé des exercices militaires de grande envergure en mer et dans l’espace aérien autour de Taïwan.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала