"Ça va craquer": Bruxelles évoque "de graves conséquences" en Europe face à la crise énergétique

© Photo Pixabay / GORBACHEVSERGEYFOTOGaz (Image d'illustration)
Gaz (Image d'illustration) - Sputnik Afrique, 1920, 06.10.2022
S'abonnerTelegram
L’Europe pourrait faire face à une baisse spectaculaire de son activité industrielle et subir des troubles sociaux si elle n'agissait pas rapidement pour réduire les prix de l'énergie à l'approche de l'hiver, estime le Premier ministre belge.
Face à la crise énergétique, le continent européen risque une "désindustrialisation massive", dont les "conséquences à long terme pourraient être très graves", a déclaré le Premier ministre belge, Alexander De Croo, dans un entretien accordé au Financial Times.
La Belgique fait partie des pays de l'Union européenne qui pousse à un plafonnement du prix du gaz de gros depuis ce printemps. La Commission européenne, qui s'est d’abord opposée à cette proposition, a laissé entendre le 5 octobre qu'elle pourrait soutenir cette idée mais de manière temporaire.
La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a précisé que ce plafonnement devrait être accompagné de réductions obligatoires de la consommation de gaz plus importantes que la celle volontaire de 15% convenue par les ministres européens en juillet.

Factures "complètement folles"

En 2021, l'Europe a reçu 155 milliards de mètres cubes de gaz de Russie, soit environ 40% de ses importations totales. Ce chiffre est tombé à 9% ces dernières semaines. Pour faire face à cet impact, l'UE a pris une série de mesures visant à réduire la demande et à soutenir les industries et les consommateurs sous la pression des prix élevés de l'électricité.
Alexander De Croo a prévenu que les gouvernements devaient rester "prudents" non seulement pour contrer l'inflation galopante, largement alimentée par la hausse des prix de l'énergie, mais aussi pour contenir le risque de troubles sociaux.
"Nos populations reçoivent des factures qui sont complètement folles. À un moment donné, ça va craquer. Je comprends que les gens soient en colère (...). Les gens n'ont pas les moyens de les payer", a-t-il conclu.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала