Le Maroc bloque l'expulsion de l'imam Hassan Iquioussen en suspendant son laissez-passer consulaire

Drapeau Maroc  - Sputnik Afrique, 1920, 31.08.2022
S'abonnerTelegram
L’expulsion de France de l’imam Hassan Iquioussen semble être "menacée". Pour le moment, il ne peut pas être extradé car le Maroc a suspendu le laisser-passer consulaire autorisant cette procédure, indique Europe 1.
Alors que le Conseil d’État français a validé l’expulsion de l’imam Hassan Iquioussen, le Maroc, pour sa part, a suspendu dans la soirée du 30 août le laisser-passer consulaire la permettant, relate Europe 1, se référant à plusieurs sources à Rabat.
D’après le média, si l’homme est arrêté, il ne peut plus être expulsé pour l’instant, même si selon plusieurs sources policières françaises, les discussions se poursuivent entre la France et le Maroc.
Comme l’indique Europe 1, le document mentionné, nécessaire pour expulser un étranger en situation irrégulière, a été délivré le 1er août 2022 et a une validité de 60 jours.
Cité par la radio, l’entourage du ministre français de l’Intérieur a dit qu’"il serait incompréhensible que ce document qui n’a d’autre fonction que d’officialiser la reconnaissance par le Maroc de la nationalité de Hassan Iquioussen soit suspendu":
"Comment peut-on reconnaître la nationalité d’un de ses ressortissants un jour et ne plus la reconnaître le lendemain?"

Toujours en fuite

Une perquisition a eu lieu au domicile de l’imam, dans le Nord, mais il n’a pas été trouvé. Il est toujours recherché.
Cité par l’AFP, le préfet des Hauts-de-France, Georges-François Leclerc, a supposé lors d'une conférence de presse le 31 août que l’homme était susceptible de s’enfuir en Belgique. En outre, il l’a qualifié de "délinquant" dès lors "qu’il s’est soustrait à un arrêt d’expulsion".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала