La crise entre Maroc et Tunisie déconcerte jusqu’à l’Union du Maghreb arabe

© Sputnik . Natalia SeliverstovaDrapeau de la Tunisie
Drapeau de la Tunisie - Sputnik Afrique, 1920, 30.08.2022
S'abonnerTelegram
La montée des tensions entre Tunis et Rabat sur la question du Sahara occidental a surpris les observateurs, à commencer par l’Union du Maghreb arabe. Le dossier empoisonne plus que jamais les relations entre pays de la région.
La soudaineté de la crise diplomatique entre Tunisie et Maroc a pris tout le monde de court. L’Union du Maghreb arabe a elle-même admis son impuissance dans un communiqué, déclarant que les relations se tendaient au moment même où la partie tunisienne avait été sollicitée pour recoller les morceaux entre le Maroc et l’Algérie.
"Nous avons été surpris par une nouvelle crise dans les relations entre la Tunisie et le Maroc. La relation passe par une épreuve qui s'ajoute à celles que connait le Grand Maghreb", explique ainsi l’organisation dans son communiqué.
L’Union du Maghreb arabe regrette en outre que la dernière Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD) ait accouché d’un "rendez-vous manqué" sur ces sujets. L’organisation souhaite désormais nommer un nouveau Secrétaire général pour poursuivre son action.

Désastreuse TICAD

La Tunisie, habituée à prendre ses distances sur la question du Sahara occidental, avait provoqué la colère du Maroc au cours de la dernière TICAD, organisée à Tunis. Le Président tunisien Kaïs Saïed avait en effet accueilli à sa descente d’avion le chef du Front Polisario, Brahim Ghali. Un entretien privé entre les deux hommes s’était ensuite déroulé à l’aéroport.
Ce geste a conduit Rabat à rappeler son ambassadeur et à annuler sa participation au sommet. Le royaume chérifien a estimé que l’invitation de Brahim Ghali s’était décidée "unilatéralement", contre l’accord du Japon, traditionnel parrain de la conférence.
La Tunisie a assuré de son côté s’en tenir à sa position de "totale neutralité" sur la question du Sahara occidental, tout en rappelant également son ambassadeur.
La querelle du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, oppose le Maroc au Front Polisario depuis les années 1970. Le Maroc contrôle environ 80% de la zone. Le Front Polisario a proclamé la création de l'État indépendant de la République arabe saharienne démocratique (RASD) en 1976 et souhaite désormais la tenue d’un référendum. Les puissances régionales, de l’Algérie à l’Espagne, avancent régulièrement leurs pions sur le dossier.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала