Le ministre marocain des Affaires étrangères a-t-il survolé discrètement l’Algérie?

© AFP 2022 FADEL SENNANasser Bourita, ministre des Affaires étrangères marocain
Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères marocain - Sputnik Afrique, 1920, 29.10.2021
S'abonnerTelegram
Un sénateur espagnol a saisi officiellement son gouvernement pour exiger des explications sur la présence du ministre marocain des Affaires étrangères à bord d’un avion espagnol qui a survolé l’Algérie. Le parlementaire estime que ce contournement est une "violation" de l’interdiction imposée à Alger aux aéronefs marocains.
Le ministre marocain des Affaires étrangères a-t-il trouvé le moyen de passer outre l’interdiction de survol du territoire algérien? Les faits se seraient produits lundi 25 octobre 2021, lorsqu’un avion de la compagnie espagnole de jets privés Gestair a décollé de l’aéroport de Rabat a destination de Kigali. Nasser Bourita s’est rendu dans la capitale rwandaise pour participer à la deuxième réunion ministérielle préparatoire du sommet entre l'Union africaine et l'Union européenne. Il se trouve qu’à l’aller comme au retour, le Falcon 2000 a traversé l’espace aérien algérien. Les aéronefs espagnols ne sont pas soumis à l’interdiction de survol imposée par Alger puisqu’elle ne concerne que "les avions civils et militaires marocains ainsi [que les] aéronefs qui portent un numéro d’immatriculation marocain".
Sauf que l’utilisation d’un avion étranger par un membre du gouvernement marocain s’avère être un pied-de-nez à la face d’Alger. La première réaction est venue de Madrid. Elle est à mettre sur le compte du sénateur Carles Mulet Garcia qui a annoncé sur Twitter avoir adressé une interpellation au gouvernement espagnol.
"Le ministre marocain des Affaires étrangères a violé l'espace aérien algérien (pays avec lequel il a rompu (sic) les relations diplomatiques) le 25/10-2021 grâce à un avion espagnol. Le gouvernement espagnol, otage de la monarchie marocaine corrompue, se tait", écrit Carles Mulet Garcia.
Contacté par Sputnik, le sénateur de la coalition électorale Més Compromís a indiqué avoir pris connaissance de cette "violation" sur le compte Twitter d’Algerian Aircraft Spotters dédié à l’aviation algérienne.
"J'ai demandé au gouvernement espagnol son éventuelle implication. Maintenant je dois attendre environ 30 jours pour qu'ils me répondent par écrit et nous verrons ce qu'ils diront", a indiqué le parlementaire.
Un avion, image d'illustration - Sputnik Afrique, 1920, 23.09.2021
Que risquent les avions marocains s’ils violent l’espace aérien algérien?
Il est peu probable que les autorités espagnoles n’aient pas été prévenues par la compagnie Gestair de la présence de Nasser Bourita et des membres de son cabinet dans un de ses jets. Pour sa part, Alger semble avoir opté pour la prudence dans cette affaire. Interrogé par Sputnik, une source au ministère algérien des Affaires étrangères a indiqué avoir pris connaissance du tweet de Carles Mulet Garcia.
"Notre département n’est pas au courant de ce fait. Pour l’heure il n’y a rien d’officiel. Nous informerons l’opinion publique de toute mesure si cela est nécessaire", a-t-elle souligné.
Rappelons que le gouvernement algérien avait décidé, mercredi 22 septembre 2021, la fermeture de son espace aérien "au regard de la poursuite des provocations et pratiques hostiles du côté marocain". Cette mesure avait été prise dans le sillage de la rupture par Alger des relations diplomatiques avec Rabat, annoncée le 24 août 2021.
Les autorités algériennes ont également interdit le survol de leur territoire aux avions militaires français le 3 octobre, suite à des propos jugés hostiles tenus par le Président français, Emmanuel Macron.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала