Israël teste avec succès un laser aéroporté: Tsahal a-t-il comblé les failles du «Dôme de fer»?

© AFP 2022 EMMANUEL DUNANDUne photo prise le 30 août 2020 montre le système de défense laser "Light Blade", conçu pour intercepter les menaces incendiaires aériennes lancées depuis la bande de Gaza, dans le kibboutz israélien de Kissufum, le long de la frontière avec l'enclave palestinienne. Emmanuel DUNAND / AFP
Une photo prise le 30 août 2020 montre le système de défense laser Light Blade, conçu pour intercepter les menaces incendiaires aériennes lancées depuis la bande de Gaza, dans le kibboutz israélien de Kissufum, le long de la frontière avec l'enclave palestinienne.
Emmanuel DUNAND / AFP - Sputnik Afrique, 1920, 22.06.2021
S'abonnerTelegram
Israël affirme avoir testé avec succès un système de lasers aéroportés capables de détruire des cibles en plein vol. Une avancée technologique saluée par l’appareil de défense israélien, mais qui se heurte encore à d’importants obstacles techniques, estime le général (2S) de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset, au micro de Sputnik.

Un laser aéroporté capable de détruire une cible ennemie en plein vol. Ce scénario imaginé il y a plus de quarante ans par Georges Lucas, créateur Star Wars, fait désormais partie intégrante de l’arsenal israélien qui a indiqué ce 21 juin avoir utilisé dans une série de tests un laser aéroporté pour abattre des drones.  

​Cette arme, installée à bord d’un avion civil, permet de viser n’importe quel objet volant, dont des «drones, des obus, des roquettes, des missiles balistiques», a expliqué Yaniv Rotem, directeur Recherche & développement au ministère israélien de la Défense.   

Le projet, né d’une collaboration entre l’entreprise privée Elbit Systems, le ministère de la Défense et l’armée de l’air, suscite l’enthousiasme dans les différents organes de défense israéliens. Le ministre de la Défense Benny Gantz a salué ce 21 juin «une avancée technologique», expliquant que «le système laser [permettra d’]affronter une diversité de menaces, sécurisant l’État d’Israël tout en économisant les coûts d’interception».

Complément du «Dôme de fer»

Pour faire face à ces menaces, Israël dispose pour le moment du fameux «Iron Dome» (Dôme de fer) pour se protéger des cibles venues du ciel. Le système dernier cri de missiles guidés, lancés depuis le sol et fournis par son allié américain, n’est cependant pas imperméable.

Destructions à Gaza après l'escalade des tensions avec Israël en mai 2021 - Sputnik Afrique, 1920, 18.06.2021
Frappes aériennes à Gaza, après des ballons incendiaires vers Israël

Au cours des derniers affrontements avec le Hamas à Gaza au mois de mai, le gouvernement israélien avait indiqué que ce dôme avait intercepté 90% des 4.300 roquettes tirées depuis Gaza par le mouvement terroriste Hamas. Près de 500 d’entre elles seraient donc passées au travers. Avec ce nouveau laser, l’objectif israélien est de combler ces 10% manquants pour assurer la protection la plus totale de ses citoyens. Une ambition «fantaisiste», juge le général (2S) de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset, chercheur associé à l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques), avec qui Sputnik s’est entretenu:

«L’expérimentation qui a été faite est intéressante car c’est un avion civil relativement léger sur lequel on a réussi avoir un laser de puissance relativement efficace», admet-il, avant de tempérer: «Le problème, c’est qu’il faut en l’état actuel des choses un avion de ce type pour chaque cible type drone ou roquette.»

Le principal problème serait une question d’alimentation en énergie. Aux États-Unis, pour des expérimentations similaires, «on a parlé d’intégrer un réacteur nucléaire à un Boeing 747 pour alimenter le lanceur de laser en énergie». En effet, «il faut énormément de puissance pour projeter un laser sur une cible. Et plus le rayon d’action du laser est étendu, plus la puissance embarquée doit être importante».

Le coût d’un tir de laser potentiellement inférieur à un dollar

De telles armes émettent de l’énergie dans une direction voulue sans avoir besoin de projectile. Elles transfèrent donc l’énergie vers une cible pour obtenir l’effet souhaité, qui peut être létal ou non. Or, ce processus s’avère extrêmement gourmand en énergie, ce qui fait douter Jean-Vincent Brisset de l’opérabilité de cette arme révolutionnaire. Au sol, «le souci est qu’il faut positionner des équipements relativement lourds en fonction de la menace». Un aléa pour le moins problématique puisque celle-ci n’est pas statique et ne vient pas toujours du même endroit.   

«C’est d’ailleurs un problème récurrent avec ces armes de courte portée. Fabriquer une bulle de protection au-dessus d’un espace relativement restreint c’est possible, même si ça consomme des moyens extrêmement importants. Les déployer pour protéger tout un pays des attaques surprises, c’est un autre problème», explique notre interlocuteur.

Le ministre israélien de l'Éducation Naftali Bennett, qui est également le chef du parti religieux Foyer juif, arrive pour la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, dimanche 4 février 2018. (Jim Hollander/Pool via AP) - Sputnik Afrique, 1920, 17.06.2021
Le nouveau gouvernement israélien prêt à «frapper très durement le Hamas» pour mieux négocier ensuite
Pour l’heure, le laser aéroporté est parvenu à détruire plusieurs cibles à une altitude de 900 mètres, dans un rayon de 20 kilomètres, a expliqué Yaniv Rotem. D’après lui, un prototype opérationnel pourrait être mis au point d’ici à «trois ou quatre ans.»  

Le principal avantage d’une telle arme revient à son coût. À terme, le prix d’un tir laser «d’énergie dirigée» pourrait être inférieur à un dollar, expliquait en 2013 l’amiral américain Matthew Klunder, responsable de la recherche navale (ONR).

Or Israël se retrouve fréquemment en difficulté face aux charges extravagantes de son «Dôme de fer». Alors qu’en face, le Hamas fait avec les moyens du bord: fabriquer un lanceur de roquettes et lancer une roquette ne coûte pas grand-chose, il suffit «d’un tuyau, de poudre et vous avez un lanceur artisanal», simplifie-t-il. A contrario, «lancer un missile Iron Dome à 50.000 ou 100.000 dollars pièce, c’est une autre histoire».  

«Irréaliste» d’imaginer cette technologie «centrale dans un appareil de défense»

Au début du mois de juin, après la signature du cessez-le-feu entre le Hamas et Israël, le ministre de la Défense Benny Gantz s’est rendu à Washington pour soumettre une demande évaluée à un milliard de dollars au Pentagone pour réapprovisionner l’arsenal du système de défense antimissile Dôme de fer. Trouver une alternative plus économique fait ainsi sens.

Système antimissile israélien Dôme de fer - Sputnik Afrique, 1920, 26.02.2021
Israël teste un missile air-air qui peut désormais être tiré depuis le sol - vidéo

Mais en pratique, combler les 10% qui échappent au Dôme de fer sera-t-il possible? «Malheureusement pas», rétorque le général (2S) de brigade aérienne: «Même avec le ‘Dôme de Fer’ et des avions avec des lasers embarqués, il restera des trous dans la raquette». Ce dernier considère d’ailleurs que ces 10% sont un chiffre à la limite de la fantaisie, dont la vocation est avant tout médiatique.

«Au mieux, ce système de laser aéroporté peut être un complément pour protéger des sites extrêmement stratégiques comme le palais de la présidence, mais il est irréaliste d’imaginer aujourd’hui cette technologie être centrale dans un appareil de défense», affirme, convaincu, le chercheur associé à l’IRIS.

Aujourd’hui, seuls la Chine et les États-Unis disposent de systèmes opérationnels de ce type, mais ceux-ci sont pour l’instant au sol ou embarqués sur un bateau, faute d’avoir des réserves d’énergie assez importantes.    

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала