La Bosnie furieuse contre Macron qui la compare à une «bombe à retardement»

© AFP 2022 LUDOVIC MARINFrench President Emmanuel Macron reacts as he delivers a speech during the Global forum on Artificial Intelligence (AI) for Humanity (GFAIH) at the Institut de France on October 30, 2019, in Paris.
French President Emmanuel Macron reacts as he delivers a speech during the Global forum on Artificial Intelligence (AI) for Humanity (GFAIH) at the Institut de France on October 30, 2019, in Paris. - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La comparaison de la Bosnie à une «bombe à retardement» par Emmanuel Macron a provoqué la colère de responsables bosniaques. L’ambassadeur de France à Sarajevo est convoqué pour des explications.

«La Bosnie-Herzégovine, confrontée au retour des djihadistes, est une bombe à retardement qui fait tic-tac à côté de la Croatie». Ces propos d’Emmanuel Macron dans un entretien à The Economist ont suscité une vive réaction à Sarajevo, rapporte AP.

Drapeau de l'UE - Sputnik Afrique
Macron ne veut pas des Balkans dans l'UE, mais leur interdit d'aller voir ailleurs
Le Président bosnien en exercice, le Croate Željko Komšić, a annoncé jeudi 7 novembre qu’il convoquerait l’ambassadeur français Guillaume Rousson pour des explications suite aux déclarations du Président de la République française.

Pour sa part, le porte-parole de la communauté musulmane de la Bosnie, Muhamed Jusic, a tenu à rappeler qu’«environ 300 ressortissants bosniaques, des femmes et des enfants pour la plupart, sont partis en Syrie et en Irak, contre plus de 1.900 Français».

Selon lui, la France s’attend actuellement au retour de 450 djihadistes. «Je n’arrive pas à comprendre pourquoi la Bosnie représente un danger plus important que la France», a déclaré M.Jusic.

Macron et les Balkans, une relation compliquée

Tour Eiffel, Paris - France - Sputnik Afrique
Plusieurs commissariats d’Île-de-France ont reçu des messages djihadistes
En octobre, la France s’est opposée au déclenchement de négociations en vue de l’adhésion à l’Union européenne de la Macédoine du nord et de l’Albanie. Paris a alors estimé qu’en dépit de récents efforts, ni les pays candidats ni l’UE n’étaient prêts à un nouvel élargissement.

«Comment voulez-vous que j’explique à mes concitoyens que le deuxième pays qui demande le plus l’asile en France, ce sont des gens qui viennent de l’Albanie?», s’interrogeait Emmanuel Macron à l’époque.

Le dossier sera à nouveau évoqué au printemps 2020, lors du prochain sommet UE-Balkans à Zagreb. La Croatie, prochaine présidente de l’UE, envisage de faire de l’élargissement l’une de ses priorités.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала