Les circonstances de l’empoisonnement du couple à Amesbury dévoilées

© AP Photo / Matt DunhamBritish police officers stand facing a residential property in Amesbury, England, Wednesday, July 4, 2018.
British police officers stand facing a residential property in Amesbury, England, Wednesday, July 4, 2018. - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Le couple d'Amesbury empoisonné à l'agent innervant «Novitchok» y a été exposé en touchant un article contaminé, selon Scotland Yard.

Les circonstances de l'empoisonnement du couple à Amesbury ont été décrites par la police britannique.

«De nouveaux tests ont établi qu'ils avaient été exposés à un agent innervant après avoir touché un objet contaminé», a indiqué la police, dont la branche antiterroriste s'est jointe à l'enquête au côté de la police du comté du Wiltshire où a eu lieu l'empoisonnement.

Deux personnes, un homme et une femme, toutes deux quadragénaires, ont été retrouvées inconscientes samedi 30 juin dans une habitation dans la ville d'Amesbury (sud de l'Angleterre). Scotland Yard a annoncé que le couple avait été empoisonné par l'agent innervant «Novitchok».

le ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik Afrique
Moscou réagit au nouvel empoisonnement près de Salisbury

Amesbury est une ville voisine de Salisbury, où, le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille avaient été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial.

Londres ne voit aucune similitude entre l'empoisonnement de l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille et celui du couple d'Amesbury, a déclaré le ministre de la Sécurité britannique Ben Wallace.

British police officers stand facing a residential property in Amesbury, England, Wednesday, July 4, 2018. - Sputnik Afrique
UK: le couple d'Amesbury a été empoisonné par «Novitchok», selon la police
La Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

Détails à suivre

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала