Nouvelle alerte de médecins sur des aliments potentiellement cancérigènes

© AFP 2022 Robyn Becksupermarché
supermarché - Sputnik Afrique
Des scientifiques français et brésiliens ont mis en évidence un lien entre la consommation de plats industriels et le développement du cancer. Les résultats de leurs recherches menées entre 2009 et 2017 viennent d’être publiés dans The British Medical Journal.

Une équipe franco-brésilienne multidisciplinaire a lancé en 2009 une étude épidémiologique, intitulée NutriNet-Santé, pour établir l'existence de liens entre la consommation de produits alimentaires préparés et le développement du cancer. Elle en a publié les résultats le 14 février dans la revue The British Medical Journal.

Une opération sur une tumeur - Sputnik Afrique
Sept idées reçues sur le cancer qu'il ne faut plus croire
Ces chercheurs se sont intéressés aux produits qu'ils qualifient d'« ultra-transformés » parce qu'ils « contiennent souvent des quantités plus élevées en lipides, lipides saturés, sucres et sels ajoutés, ainsi qu'une plus faible densité en fibres et vitamines ».

Entre mai 2009 et décembre 2016, ils ont proposé aux personnes qui voulaient bien participer à cette étude de répondre à un questionnaire disponible en ligne (https://www.etude-nutrinet-sante.fr/). 104 980 personnes, dont l'âge médian était de 43 ans, ont ainsi décrit, en autres, leurs habitudes alimentaires.

Après traitement de leurs réponses, les chercheurs sont parvenus à la conclusion que la présence de produits industriels tels les snacks, les soupes instantanées, les produits surgelés, le ketchup, les boissons sucrées dans les rations alimentaires pouvait augmenter le risque de survenue d'un cancer.

"La consommation d'aliments ultratransformés a été associée avec un risque global plus élevé de cancer [accru de 6 à 18 %, ndrl] (…) et de cancer du sein [accru de 2 à 22 %, ndrl]", peut-on lire dans le résumé de l'étude en ligne sur le site de The British Medical Journal.

Le petit déjeuner anglais - Sputnik Afrique
Des scientifiques indiquent quel type d’aliments est le plus dangereux pour la santé
En conclusion de leur article, les chercheurs préconisent que les produits industriels soient soumis à des taxes plus élevées qu'elles ne le sont aujourd'hui et fassent l'objet de moins de publicité. Ils pensent également que la promotion des produits frais et peu transformés est une mesure nécessaire à ajouter à l'arsenal de celles de la prévention des cancers.

Si elle met « en garde la population des risques de ces aliments », pour reprendre les mots du docteur Anthony Fardey, auteur de «Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons vrai», cette étude épidémiologique mérite d'être poursuivie parce que les produits alimentaires sont loin d'être le seul facteur favorisant la survenue des cancers.    

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала