Le PM libanais serait assigné à résidence en Arabie saoudite selon le chef du Hezbollah

S'abonnerTelegram
Le dirigeant du mouvement islamiste Hezbollah a accusé l’Arabie saoudite de s’ingérer dans les affaires intérieures du Liban dont le Premier ministre démissionnaire se trouve actuellement à Riyad. Selon Hassan Nasrullah, Saad Hariri a été mis en état d’arrestation.

Le chef du gouvernement libanais Saad Hariri serait assigné à résidence en Arabie saoudite et ne peut donc pas rentrer au Liban, a déclaré vendredi le guide spirituel du mouvement islamiste Hezbollah, Hassan Nasrallah.

«Le Premier ministre libanais est arrêté en Arabie saoudite, il s’est vu interdire de rentrer dans son pays», a affirmé Hassan Nasrullah dans un message diffusé par les chaînes de télévision Al-Manar et Al-Mayadeen.

Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah - Sputnik Afrique
Hezbollah: l’Arabie saoudite a demandé à Israël d’attaquer le Liban
M.Nasrallah a affirmé que M.Hariri, qui a annoncé sa démission le 4 novembre alors qu’il se trouvait en visite à Riyad, n’avait pas pris sa décision de son plein gré.

«Nous considérons la démission de M.Hariri comme illégitime et nulle», a-t-il insisté.

Selon lui, «les autorités saoudiennes ont proclamé la guerre au Liban par leurs actions».

Il a en outre affirmé que le Hezbollah disposait d’informations selon lesquelles l’Arabie saoudite «a[vait] exigé qu’Israël attaque le Liban»

L’Arabie saoudite avait précédemment estimé que le Liban lui avait «déclaré la guerre» en raison de ce qu'elle considère être des agressions commises dans le royaume par le Hezbollah.

Saad Hariri - Sputnik Afrique
Le Hezbollah accuse l’Arabie saoudite d'avoir contraint Hariri à la démission
Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé sa démission à la télévision le 4 novembre, alors qu’il se trouvait en visite de travail à Riyad. M.Hariri a affirmé que sa vie était «menacée» et expliqué son départ par «l'ingérence de l'Iran et de ses complices, dont le Hezbollah, dans les affaires intérieures du Liban». 

Le Président libanais Michel Aoun a déclaré qu’il examinerait la demande de démission de M.Hariri après le retour de ce dernier à Beyrouth.

Cela a fait monter d'un cran la tension tant au Liban lui-même que dans toute la région. Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exhorté ses ressortissants à quitter le Liban et à s'abstenir de s'y rendre. Auparavant, le ministère des Affaires étrangères du royaume de Bahreïn, a également appelé ses sujets à ne pas se rendre au Liban «pour des raisons de sécurité».

© SputnikLe chef du gouvernement libanais Saad Hariri serait assigné à résidence en Arabie saoudite et ne peut donc pas rentrer au Liban
Le chef du gouvernement libanais Saad Hariri serait assigné à résidence en Arabie saoudite et ne peut donc pas rentrer au Liban - Sputnik Afrique
Le chef du gouvernement libanais Saad Hariri serait assigné à résidence en Arabie saoudite et ne peut donc pas rentrer au Liban
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала