Londres s'inquiète du rôle de l'Arabie saoudite dans le financement de Daech

S'abonnerTelegram
Affirmant que l'organisation terroriste Etat islamique reçoit un soutien financier de la part de riches familles arabes, les parlementaires britanniques appellent l'Arabie saoudite et d'autres Etats du Golfe à surveiller leurs ressortissants.

A l'heure où les troupes militaires se rapprochent des sites de Daech pour les détruire, de nombreux experts jugent aussi important de frapper et d'anéantir les ressources de financement du groupe terroriste le plus riche du monde.

dollars - Sputnik Afrique
Spéculation sur les devises, une nouvelle manne de financement pour Daech
Dans un rapport examinant les finances de Daech, les parlementaires britanniques ont critiqué les efforts des pays arabes pour empêcher le financement de groupe. Soulignant que la plupart de ses revenus proviennent de la vente de pétrole, du "gangstérisme et du racket", le rapport a spécifiquement examiné la question des dons reçus par le groupe.

Tout en perdant du territoire en Irak, Daech a perdu près de 50% de ses revenus pétroliers grâce aux frappes aériennes et aux contre-mesures financières.

Selon les données du ministère britannique de la Défense (MoD), le rapport affirme qu'"il existe des preuves historiques de cas de dons financiers à Daech en provenance des Etats du Golfe", ajoutant qu'"il est bien entendu que les dons familiaux sont faits à Daech, à travers des systèmes informels de transfert de fonds".

Le gouvernement britannique doit faire mieux pour diriger l'effort international contre les financements de Daech.

Frustrés par la lenteur avec laquelle certains Etats du Golfe tentent de réprimer ce financement, les parlementaires soulignent que l'Arabie saoudite a attendu mars 2015 pour interdire légalement aux résidents saoudiens de fournir un soutien à Daech.

Le pétrole est la plus grande source de financement de Daech, estimée à 23 millions de livres sterling provenant de la vente, malgré les frappes aériennes.

De son côté, le Royaume-Uni a reconnu Daech comme organisation terroriste en juin 2014.

Les questions soulevées par les familles royales

Commentant des propos rapportés dans le document, le sous-secrétaire d'Etat parlementaire aux Affaires étrangères Tobias Ellwood a affirmé que "c'était extrêmement opaque".

"Quand quelqu'un, qui est un proche d'un membre de la famille royale, se trouve être un donneur très riche […] il y a beaucoup de chances pour que l'accès aux informations concernant les dons de cette personne soit verrouillé", a-t-il ajouté.

La famille royale saoudienne craint que l'ardeur des djihadistes qui enflamme la région ne se propage à la maison et menace son contrôle.

"Il est difficile avec certains de ces pays [du Golfe] de savoir exactement ce qui tient du financement du gouvernement et ce qui [tient du financement privé], lorsque l'on s'intéresse aux familles royales ou aux riches princes… Notre stratégie n'est pas de déterminer d'où vient le problème et qui en en responsable, mais d'arrêter le financement de Daech", a déclaré Dan Chugg, haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères britannique.

"Le Royaume-Uni devrait poser des questions pointues"

Tout en reconnaissant qu'il n'y avait pas de preuve que les Etats du Moyen-Orient fournissaient de l'argent à Daech "dans le cadre de leur politique", le comité a déclaré: "Le Royaume-Uni devrait être en mesure de poser des questions pointues" dans le but d'étouffer les revenus du groupe.

Le rapport se présente comme une réprimande sévère adressée à plusieurs Etats du Moyen-Orient dans leurs efforts pour vaincre Daech. Il met également plus de pression sur le Royaume-Uni, invité à encourager ses alliés du Golfe à prendre des mesures plus énergiques.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала