Un laboratoire de clonage des animaux disparus ouvre en Russie

© Sputnik / Aller dans la banque de photosun mammouth gelé
un mammouth gelé - Sputnik Afrique
Si vous voulez faire revivre un mammouth ou un dinosaure, soyez les bienvenus à Iakoutsk où le premier laboratoire russe d'étude sur l'ADN des animaux disparus a ouvert ses portes.

Зоологический музей - Sputnik Afrique
Les Mammouths auraient disparu à cause de troubles du métabolisme (chercheurs de Tomsk)
"Il y a quelques jours, nous avons ouvert ce laboratoire d'étude des tissus d'animaux fossilisés. Nous souhaitons explorer non seulement les cellules des animaux anciens de différentes conservations, mais aussi leur ADN. C'est l'unique centre en Russie qui sera chargé des recherches biotechnologiques systématiques des spécimens paléontologiques", a rapporté le directeur du Musée des mammouths, Semion Grigoriev.

Dans un premier temps, les scientifiques désirent cloner un mammouth, après que des restes de ces grands herbivores laineux disparus il y a des millénaires de la surface de la Terre pour des raisons encore discutées ont été retrouvés en 2012 dans le pergélisol sibérien.

Afin de mettre en œuvre le projet, l'Université fédérale nord-est de la République de Sakha, la Fondation sud-coréenne pour la recherche en biotechnologie Sooam et l'Institut du génome à Pékin ont décidé d'unir leurs efforts.

L'objectif principal du laboratoire est de récupérer des cellules vivantes pour le clonage. C'est pourquoi, les spécialistes doivent trouver non seulement des restes d'animaux bien conservés dans le pergélisol, mais aussi développer une méthodologie qui leur permettra de les dégivrer correctement.

Les fragments de mammouth. Les archives - Sputnik Afrique
Iakoutie: des cellules de mammouth découvertes
"La laine convient le mieux pour l'extraction d'ADN d'animaux fossilisés en tant que matière première (…). Mais il est nécessaire d'avoir le temps de tout faire avant que la cuticule ne commence à s'effriter en raison de l'invasion d'organismes modernes", a déclaré le directeur du musée zoologique de Saint-Pétersbourg de l'Institut zoologique de l'Académie des sciences de Russie, Alexei Tikhonov.

En mars dernier, des généticiens américains avaient rapporté qu'ils avaient réussi à insérer 14 gènes de mammouth dans l'ADN d'un éléphant, en utilisant l'outil d'édition de génome CRISPR. Les résultats de l'expérience n'ont pas encore été révélés dans les revues scientifiques.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала