Des immigrés africains de nouveau à Paris contre le projet de loi Asile et immigration – images

© SputnikManifestation des sans-papiers à Paris contre le projet de loi Asile et immigration
Manifestation des sans-papiers à Paris contre le projet de loi Asile et immigration - Sputnik Afrique, 1920, 04.03.2023
S'abonnerTelegram
Des sans-papiers et des immigrés clandestins originaires d’Afrique sont descendus une nouvelle fois dans les rues de Paris, ce 4 mars, pour exprimer leur opposition au projet de loi sur la politique migratoire proposé par le ministre de l’Intérieur. Réclamant de la solidarité, ils ont appelé à autoriser une libre circulation dans le pays.
Deux jours après une manifestation contre la "loi Darmanin", des immigrés originaires d’Afrique se sont de nouveau rassemblés dans la capitale française, ce 4 mars.
Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées dans le 18e arrondissement de Paris, vers 14h30, pour s’opposer à la loi Asile et immigration portée par le ministre français de l’Intérieur, selon un correspondant de Sputnik sur place.
Le document en préparation prévoit le durcissement des règles de séjour de certains groupes d’immigrés et facilite les modalités d’expulsion.
Les manifestants ont brandi des banderoles protestant contre les expulsions et la répression des sans-papiers. Ils ont appelé le gouvernement français à délivrer des documents d’identité et de travail aux migrants, en scandant des slogans comme "Solidarité avec les sans-papiers!", "La liberté", "À bas la loi Darmanin!", "Donnez-nous des papiers!".
Parti de Château-Rouge, le cortège devrait arriver à Porte d’Aubervilliers, point final de son parcours. La manifestation est organisée à l’appel de nombreux collectifs de sans-papiers, d’organisations syndicales et autres associations. Un troisième rassemblement, toujours contre cette loi, est programmé pour le 25 mars.

Restrictions de l’immigration

Le projet de loi Darmanin sur l’immigration prévoit de durcir les conditions de régularisation et de renforcer la chasse aux sans-papiers.
Le gouvernement français veut notamment intensifier l’exécution des expulsions en réduisant les recours possibles contre les obligations de quitter le territoire français (OQTF) et en étendant les cas d’application d’OQTF "sans délais" (à contester dans un délai de 48h).
L’obtention d’un titre de séjour pluriannuel serait conditionnée au passage d’un test de français. Les membres de la famille demandant un visa de regroupement familial seraient aussi soumis au test linguistique et aux "valeurs de la République".
De même, le gouvernement envisage d’instaurer un titre de séjour "métiers en tension" pour les travailleurs sans-papiers dans certains secteurs. Cependant, "si le métier n’est plus en tension, la personne perdra son titre de séjour", a prévenu Gérald Darmanin.
Le projet de loi Asile et immigration a été présenté le 1er février en Conseil des ministres et doit arriver au Sénat à partir du 28 mars.
Le nombre d’immigrés résidant en France s’élève à 7 millions de personnes, soit 10,3% de la population totale, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). 2,5 millions d'entre eux, soit 36%, sont Français. Ils ont acquis la nationalité française depuis leur arrivée en France.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала