- Sputnik Afrique, 1920
Afrique en marche
Et si l'Afrique prenait son envol dans le contexte du monde multipolaire naissant? C’est à ce débat que L’Afrique en marche aimerait prendre part.

Nous sommes dans une "troisième guerre mondiale", "hybride" et "dévastatrice", estime un expert

Nous sommes dans une «troisième guerre mondiale», «hybride» et «dévastatrice», estime un expert
S'abonnerTelegram
Les États-Unis font tout pour maintenir leur domination, militaire et financière, avertit Abdelkader Soufi, expert en politiques de Défense, dans un entretien à L’Afrique en marche. Cependant, selon lui, le monde va vers la fin de l'hégémonie du dollar et l’essor d’autres monnaies.
Les États-Unis et l’Otan avaient préparé la guerre contre la Russie en Ukraine depuis 2015, a avoué dans un entretien accordé au Financial Times le lieutenant-général James Bierman, actuel commandant en chef des Marines américains au Japon. De plus, ils seraient en train de mener le même effort en Asie, conjointement avec le Japon notamment, contre la Chine.
"Je pense que nous sommes dans la troisième guerre mondiale. Mais chaque guerre mondiale a sa spécificité et ses moyens. La guerre d'aujourd'hui est une guerre hybride. Souvent elle utilise peu de moyens, mais elle est dévastatrice", affirme auprès de Radio Sputnik Afrique le Dr Abdelkader Soufi, enseignant-chercheur à l’université de Blida II, en Algérie, expert en géopolitique et en politiques de Défense.
Depuis l’apparition de la doctrine Wolfowitz en 1992, les États-Unis et leurs alliés au sein de l’Otan n’ont pas cessé de monter des politiques agressives contre les puissances eurasiatiques. La Russie et la Chine sont explicitement désignées dans les livres blancs de sécurité nationale comme des ennemis de premier ordre, mettant en danger les intérêts vitaux américains et occidentaux en général.
Ainsi, dans la même lignée de la géopolitique anglo-saxonne qui a enfanté les deux Guerres mondiales, les États-Unis font tout pour préserver leur domination militaire, économique et financière. En tête de cette politique figure le maintien du dollar comme principale monnaie d’échange et de réserve dans le monde.

"Le monde s’achemine inexorablement vers la fin de la domination des pétrodollars au profit d’autres monnaies nationales, comme le yuan chinois et le rouble russe ou des monnaies régionales créées par des États qui décideront de mettre ensemble leurs potentiels économiques. Le dollar continuera à jouer un rôle, mais beaucoup plus régional loin de son statut de monnaie de domination mondiale", considère le Dr Soufi, soulignant que "les BRICS et les BRICS+ ne sont pas seulement une opportunité pour les pays membres, mais pour le monde entier".

Ecoutez l’entretien en entier dans ce podcast !
► Vous pouvez écouter ce podcast aussi sur les plateformes suivantes : Apple PodcastsDeezerGoogle PodcastsCastbox
► Écoutez tous les podcasts de l’Afrique en marche
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала