Ces économies d’Afrique subsaharienne devraient enregistrer des taux de croissance élevés en 2023

© NASALe Continent africain
Le Continent africain - Sputnik Afrique, 1920, 13.01.2023
S'abonnerTelegram
La Banque mondiale révise à la baisse les prévisions de croissance des plus grandes économies africaines, à savoir de l’Afrique du Sud, du Nigeria et de l’Angola. Pourtant certains pays, comme le Sénégal, l’Éthiopie ou le Kenya, afficheront une croissance non-négligeable.
Plusieurs facteurs impactent négativement sur la croissance des économies africaines, ressort-il du rapport sur les perspectives économiques mondiales, publié par la Banque mondiale (BM).
L’Afrique subsaharienne
Par rapport aux prévisions de juin, la croissance des pays de l’Afrique subsaharienne a été revue à la baisse pour près de 60% des États, indique le rapport.
Ainsi, la croissance des trois plus grandes économies d’Afrique subsaharienne – l’Afrique du Sud, l’Angola et le Nigeria - s’est fortement contractée pour ressortir à 2,6% seulement en 2022.
Le Nigeria, première puissance économique du continent devrait enregistrer des taux de croissance de 2,9% aussi bien en 2023 qu’en 2024.
Quant à l’Afrique du Sud, l’économie la plus industrialisée du continent, n’affichera que 1,4% en 2023 et 1,8% en 2024.
Les résultats d’Angola sont stables: 2,8% et 2,9% en 2023 et 2024 respectivement. L’année passée les cours élevés du pétrole et la stabilité de sa production ont permis un rebond (3,1%).
L’Afrique du Nord
Bien que l’Égypte traverse une crise économique aigüe, le pays devrait afficher de fortes progressions, 4,5% en 2023 et 4,8% en 2024.
Au Maroc, la croissance devrait s’accélérer pour atteindre 3,5 % en 2023 et 3,7% en 2024, le secteur agricole se remettant progressivement de la sécheresse de l’année dernière.
Quant à l’Algérie, en dépit du cours actuel du baril de pétrole, la croissance de son PIB s’établira à 2,3% en 2023 avant de ralentir à 1,8% en 2024. Cette situation s’explique par la forte dépendance de l’économie algérienne aux hydrocarbures et son incapacité à se diversifier.
Qui va afficher une croissance?
Certains pays vont, malgré la revue à la baisse des prévisions, afficher des croissances assez conséquentes. C’est le cas de l’Éthiopie (5,3% en 2023 et 6,1% en 2024), la Tanzanie (5,3% en 2023 et 6,1% en 2024) et le Kenya (5,0% en 2023 et 5,3% en 2024). Il s’agit globalement d’économies basées sur l’agriculture.
Contrairement aux grandes économies africaines, plusieurs pays vont enregistrer des taux de croissance élevés, malgré la conjoncture défavorable. Ainsi, le Sénégal devrait afficher 8,0% en 2023 et 10,5% en 2024. Parmi les champions de la croissance pourraient figurer le Niger, le Rwanda, la République démocratique du Congo, la Mauritanie.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала