La transition énergétique, priorité de l’Angola pour 2023

Luanda, Angola - Sputnik Afrique, 1920, 31.12.2022
S'abonnerTelegram
L’Angola a l’intention en 2023 de miser sur la production et la valorisation des minéraux rares pour avancer vers la transition énergétique, selon le site mauricien AllAfrica. Pour autant, l'industrie pétrolière est un pilier du développement des pays africains.
La priorité du gouvernement angolais en 2023 sera de produire et de valoriser les minéraux rares afin d’accélérer la transition énergétique. Une déclaration faite par Diamantino Azevedo, ministre des Ressources minérales, du pétrole et du gaz, durant la cérémonie des vœux de fin d'année.
"L’Angola dispose des ressources minérales fondamentales pour la transition énergétique, il faut seulement nécessairement les étudier et les exploiter pour atteindre cet objectif", a-t-il indiqué.
La transition énergétique n'est pas un processus linéaire et perturbateur, elle doit être inclusive et ne pas générer de nouvelles pauvretés ni d’inégalités énergétiques, d’après le ministre.

Un pilier du développement

Pour M.Azevedo, l'Angola a pris des engagements et mis en œuvre des projets qui respectent l'environnement et la durabilité, mais l'industrie pétrolière continue d'être un pilier.
"L'industrie pétrolière continuera d'être un pilier du développement des pays africains et devra s'adapter aux nouveaux besoins", a souligné le ministre, cité par AllAfrica.
Concernant les questions environnementales, M.Azevedo a rassuré que l'Angola faisait des progrès pour atteindre des jalons idéaux. Le pays a investi dans des projets tels que l'énergie photovoltaïque à Huambo et à Huíla, à travers la compagnie pétrolière d’État de l’Angola, Sonangol, en partenariat avec la société énergétique ENI.
Le ministre a également cité le projet hydrogène vert, à travers Sonangol et des partenaires allemands, le projet biocarburants, ainsi que le soutien à la protection des mangroves, qui font partie des engagements environnementaux du gouvernement angolais, selon AllAfrica.
Le Sommet sur l’hydrogène vert en Afrique a eu lieu du 28 au 30 novembre au Centre des conférences du Cap, à 1.500 km de Pretoria. Il avait pour objectif de faire de l’hydrogène un levier d’avenir pour accélérer la transition vers la neutralité carbone, ainsi que d'assurer une meilleure intégration des énergies renouvelables intermittentes dans le système énergétique.
Ce projet a été créé à l'initiative du Maroc, de l’Égypte, du Kenya, de l’Afrique du Sud, de la Namibie et de la Mauritanie.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала