Quand l’Afrique s’ouvre à la foi orthodoxe

© Sputnik . Vladimir Astapkovich / Accéder à la base multimédiaDes cierges dans une église orthodoxe
Des cierges dans une église orthodoxe  - Sputnik Afrique, 1920, 27.12.2022
S'abonnerTelegram
Les habitants de nombreux pays africains sont de plus en plus attirés par l’église orthodoxe, constatent les représentants locaux du culte.
Les demandes pour intégrer l'Église orthodoxe russe se multiplient en Afrique, a déclaré le pope Georgui Maksimov, président du département missionnaire de l'Exarchat patriarcal d'Afrique. Une curiosité partagée par des personnes non orthodoxes, comme par des croyants déjà affiliés à d’autres patriarcats, comme celui d’Alexandrie.
"Ce mouvement couvre toute l'Afrique chrétienne […] Nous ne sommes pas pressés, car l'ampleur du travail pour rationaliser la vie de l'église dans les paroisses déjà existantes est énorme. Tout d'abord, nous devons prendre soin d'eux. L'apparition de l'Église russe en Afrique a suscité l'intérêt pour l'orthodoxie à l'échelle de nombreux pays", a expliqué le prêtre en conférence de presse.
En septembre dernier, Georgui Maksimov s’était par exemple rendu en Côte d’Ivoire, pour ce qui constituait la première visite d’un prêtre de l'Église russe dans le pays.
Fin 2021, l'Église orthodoxe russe a décidé de créer un Exarchat patriarcal d'Afrique, doté d’un diocèse nord-africain et d’un autre sud-africain. Le métropolite Léonide de Klin a été nommé exarque patriarcal d'Afrique. Plusieurs pays comme la Centrafrique, la Zambie ou l'Ouganda ont officialisé cette présence religieuse russe.
En Ouganda, l'Église orthodoxe russe compte d’ailleurs s’investir dans plusieurs projets humanitaires, pour construire des écoles et des hôpitaux, avait récemment déclaré le nouvel exarque.

Des Africains orthodoxes à Moscou

En Russie aussi, la diaspora africaine se tourne parfois vers la foi orthodoxe. Fin novembre, une première novice africaine avait ainsi été admise dans un monastère orthodoxe russe, à Moscou. Le patriarcat d’Alexandrie avait pour sa part refusé sa demande d’entrer dans le monachisme.
Début septembre, Sputnik avait également rencontré Sergueï Voyemawa, baptisé catholique mais venu de Centrafrique jusqu’en Russie pour étudier les doctrines de l’église russe. Il avait pu s’initier aux rites grâce à un enseignement en français, en plein cœur de Moscou. Il était finalement retourné en Centrafrique pour partager sa foi orthodoxe avec ses frères centrafricains.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала