- Sputnik Afrique, 1920
Zone de Contact
Vous aimez la géopolitique mondiale? Zone de Contact vous fait monter sur le ring pour observer de près le combat mondial.

Plafonnement des prix du gaz: s’incliner serait un suicide pour Alger, selon une économiste

Plafonnement des prix du gaz: s’incliner serait un suicide pour Alger, selon une économiste
S'abonnerTelegram
L’Union européenne s'est accordée sur un plafonnement des prix du gaz. Toutefois, cette mesure permettra-t-elle à l’Europe de sortir de la crise énergétique? Souhila Berrahou, docteur en économie, analyse cela pour Zone de Contact!
Les pays membres de l’Union européenne sont parvenus à s’entendre après des semaines de négociations. A partir du 15 février, le plafond des prix du gaz sera fixé à 180 euros le mégawattheure. L’Algérie, premier exportateur africain de gaz naturel, a indiqué par l’intermédiaire de Mohamed Arkab, son ministre de l’Energie et des mines, qu’elle était opposée à ce mécanisme.
"Cette décision du Parlement européen est pour l’intérêt unique comme d’habitude du groupe économique européen. Sauf que cette fois-ci, Alger connaît bien ses intérêts. Ces prix-là ne sont pas en faveur de l’Algérie parce que notre pays a investi à long terme dans une production plus propre de gaz qui est coûteuse", réagit dans Zone de contact Souhila Berrahou, docteur en économie.
L’Algérie n’ira pas "vers un suicide en s’inclinant devant une décision qui n’est pas économique et qui est surtout politique pour l’intérêt de l’Europe", ajoute-t-elle. Interrogée sur l’efficacité de cette mesure, que Mme Berrahou qualifie d’"absurde" et de "contradictoire avec les lois de marché", elle doute que cela permette de résoudre la situation sur le Vieux continent:
"Ce choix est juste un moyen de gagner du temps pendant un moment. C’est-à-dire arriver à plafonner les prix avec une baisse de consommation pour pouvoir trouver un petit équilibre en attendant d’autres surprises que les Européens peut-être réserveront pour les pays exportateurs de gaz."
En ce qui concerne les conséquences que la décision de Bruxelles entraînera au niveau international, notre interlocutrice affirme qu’une nouvelle approche dans la négociation avec les pays producteurs sera nécessaire. Les membres de l’Union européenne devraient envisager de négocier les contrats de gaz sur des durées plus longues, estime-t-elle.
Pour plus de détails, écoutez le podcast de Zone de Contact!
► Vous pouvez écouter ce podcast aussi sur les plateformes suivantes: Apple PodcastsGoogle PodcastsCastbox
► Écoutez tous les podcasts de Zone de contact
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала