Sommet États-Unis-Afrique: Moscou accepte les relations tous azimuts des pays africains

© AFP 2023 SAUL LOEBLe maire de New York Eric Adams intervient au sommet États-Unis-Afrique 2022 à Washington (archive photo)
Le maire de New York  Eric Adams intervient au sommet États-Unis-Afrique 2022 à Washington (archive photo) - Sputnik Afrique, 1920, 16.12.2022
S'abonnerTelegram
Moscou ne voit pas de menace pour les relations avec les pays africains dans le sommet États-Unis-Afrique organisé à Washington, selon un responsable du ministère russe des Affaires étrangères. Pourvu qu’on ne leur indique pas quels amis choisir.
Le sommet États-Unis-Afrique qui vient de s’achever à Washington ne n’a pas d’impact sur les relations entre la Russie et les pays africains, selon le directeur adjoint du département Afrique au sein du ministère russe des Affaires étrangères Guéorgui Todoua.
L'événement qui a commencé le 13 décembre a rassemblé une cinquantaine de pays africains.
"Les rencontres des pays africains tous azimuts ne sont pas une menace pour nous: il y a eu des sommets Afrique-UE, des sommets avec la Chine sont organisés régulièrement. Un format similaire existe avec le Japon. Les États-Unis ont lancé le même mécanisme. Notre position a toujours été simple et compréhensible: nous n’avons jamais indiqué à personne avec qui se lier d’amitié. Nous nous sommes toujours opposés à ce qu’on indique aux pays souverains indépendants s’ils devaient avoir des liens d’amitié avec nous", a signalé le diplomate à Sputnik.

Entrée interdite après le coup d’État

Le sommet, le second du genre après celui organisé en 2014 sous la présidence de Barack Obama, a réuni des chefs d’États et de gouvernement de 49 pays africains, ainsi qu’un représentant de l’Union africaine. Plusieurs pays, plus particulièrement le Mali, le Burkina Faso, la Guinée et le Soudan où des coups d’État avaient eu lieu précédemment, n’ont pas été invités à la rencontre de trois jours.
L’Érythrée, avec laquelle les États-Unis n’ont pas de relations diplomatiques, était elle aussi absente.
Les dirigeants zimbabwéen et sud-africain avaient précédemment annoncé leur refus de participer pour des raisons différentes.
Le jour de l’ouverture du sommet l’administration américaine a annoncé que les États-Unis allaient consacrer 55 milliards de dollars au continent africain sur trois ans. Jake Sullivan, conseiller à la Sécurité nationale du Président américain, a indiqué que ces fonds seraient en particulier dédiés à la santé et à la réponse au changement climatique, mais sans donner de détails sur leur provenance ou leur répartition.

Sommet Russie-Afrique

La Russie organise elle aussi des sommets avec des dirigeants de pays africains. La première édition s’est tenue en octobre 2019. La prochaine est envisagée pour l’été 2023 à Saint-Pétersbourg.
La sécurité alimentaire fera partie des sujets essentiels.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала