La CEDEAO demande deux sièges permanents pour l'Afrique au Conseil de sécurité de l'Onu

© AP Photo / Mary AltafferConseil de sécurité de l'Onu
Conseil de sécurité de l'Onu - Sputnik Afrique, 1920, 09.12.2022
S'abonnerTelegram
Les dirigeants de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ont adopté une résolution réclamant deux sièges permanents pour l'Afrique au Conseil de sécurité des Nations unies.
Les pays africains ont réclamé une nouvelle fois des sièges permanents au Conseil de sécurité de l’Onu.
Cette demande est intervenue lors de la 62e session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Elle a eu lieu dans la capitale nigériane Abuja et sous la présidence d’Umaro Sissoco Embalo, Président de la République de Guinée-Bissau.
La résolution adoptée stipule que la Conférence "adopte la Déclaration d'Abuja sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies et appelle à l'attribution de deux sièges permanents à l'Afrique avec tous les privilèges y afférents, y compris le droit de veto, et de cinq sièges non permanents au Conseil de sécurité".

Revendication des droits légitimes de l’Afrique

Conformément à cette résolution, la déclaration a été adoptée compte tenu de toutes les initiatives "qui tiennent compte des principes, des objectifs et des idéaux de la réforme des Nations unies pour un monde plus juste fondé sur l'universalisme, l'équité, l'équilibre régional et garantissent les droits légitimes de l'Afrique à une représentation géographique juste et équitable".
Parmi ces initiatives, le document cite notamment le Consensus d'Ezulwini, une position sur la réforme de l’Onu adoptée par l’Union africaine en 2005. Elle avait appelé à un Conseil de sécurité plus représentatif au sein duquel l’Afrique, comme toutes les autres régions du monde, devait être représentée.

Le Japon prêt à militer

Cette revendication revient souvent dans les propos du Président sénégalais Macky Sall. Au mois de septembre, il a une nouvelle fois demandé devant l’Assemblée générale de l’Onu une réforme du Conseil de sécurité pour que l’Afrique soit mieux représentée. Il a également pointé le caractère obsolète du Conseil de sécurité et a réclamé la participation de l’Afrique dans les institutions onusiennes.
Les propos du dirigeant sénégalais ont été soutenus à l’Onu par la secrétaire d’État tchadienne aux affaires étrangères Awatirf El Tidjani, qui a exhorté à "réparer l’injustice historique dont est victime le continent africain", exclu d’une "participation pleine et égale" au Conseil de sécurité.
Même le Japon souhaite que l’Afrique obtienne un siège permanent. La volonté de militer en faveur de ce siège a été affirmée par le Premier ministre Fumio Kishida lors de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad).
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала