Imposer le solaire en Afrique est "une approche politiquement motivée"

© Sputnik . Kirill Braga / Accéder à la base multimédiaPanneaux solaires
Panneaux solaires - Sputnik Afrique, 1920, 23.11.2022
S'abonnerTelegram
Un groupe de réflexion londonien juge risqué l’investissement dans les secteurs pétrolier et gazier africain, en privilégiant le développement de l’énergie solaire. "Une approche sentimentale pour vendre un point politiquement motivé", selon l’expert nigérian Wisdom Patrick Enang.
Lundi 14 novembre, le think tank britannique Carbon Tracker a publié un rapport sur la transition énergétique en Afrique. Ce document affirme que l’investissement dans les secteurs pétrolier et gazier serait à haut risque et prône le solaire ainsi que l'éolien qui "offrent la meilleure voie pour le développement économique".
Alors que certains dirigeants africains défendent le droit du continent à exploiter ses réserves de gaz naturel, Carbon Tracker affirme que "l'électricité sera l'épine dorsale de l'avenir économique de l'Afrique, avec le solaire en tête". Elle contribuera à "réduire sa dépendance à l'égard du marché mondial des matières premières", imprimant "une nouvelle accélération de la réduction des coûts" avec plus d’avantages pour le continent.

"Un point politiquement motivé"

"Une approche sentimentale pour vendre un point politiquement motivé", estime le Dr Wisdom Patrick Enang, consultant nigérian dans le secteur pétrolier et gazier.
"Je vois que le rapport est publié sans vraiment regarder le côté africain de l'histoire. Le rapport n'a pas une vision équilibrée", a-t-il déclaré à Sputnik.
Il a ajouté que l'Afrique écrirait sa propre histoire, "en tenant compte de l'équilibre entre la réalisation d'une énergie propre, la sécurité énergétique et la durabilité".

L’énergie renouvelable pas encore compétitive

Le Dr Enang qualifie la sécurité énergétique en Afrique de "question de vie ou de mort". Il reconnaît que l'énergie solaire est bon marché, mais indique que le rapport ne prend pas en considération le prix des batteries nécessaires. Selon lui, les sources d'énergie renouvelables ne sont pas encore compétitives en termes de prix sans subventions étant donné le coût total de déploiement.
En revanche, les infrastructures d'énergie fossile "sont déjà en place dans la plupart des pays africains riches en énergie". Le Dr Enang estime que l'utilisation de cette infrastructure, qui a coûté des milliards d'investissements, "est tout à fait logique".
Bien que les énergies renouvelables aient certainement de la valeur pour l’Afrique, elles devraient compléter l'énergie fossile plutôt que la concurrencer.

Deux poids deux mesures

Selon l’expert, si l'énergie solaire est précieuse pour les réseaux régionaux dans les zones rurales, elle serait insuffisante pour les réseaux centraux fortement utilisés.
Il trouve que le deux poids deux mesures est fortement présent dans le débat sur la transition énergétique.
"Beaucoup d'exploration [de combustibles fossiles] se font même dans le Bassin permien, aux États-Unis. Beaucoup d'exploration se font même dans des endroits comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la Guyane. Il y a beaucoup d'exploration en cours. Alors je ne vois pas pourquoi tout concerne concrètement l'Afrique. Quiconque émet un point devrait le fonder sur des arguments. En ce moment, c'est très basé sur le sentiment", soutient le Dr Enang.
En dépit de la rhétorique politisée, les investisseurs choisissent toujours de soutenir le développement de l'industrie africaine des combustibles fossiles. Entre 2021 et 2025, environ 125 projets énergétiques devraient être développés sur ce continent.
Pour conclure, l’expert rappelle que les décisions des investisseurs sont basées principalement sur des "considérations économiques axées sur la valeur" et non sur le sentiment.
"Et c'est en faveur de l'histoire de l'énergie africaine."
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала