L’ambassadeur français en RCA privé de son statut privilégié, la France réagit

© Photo pixabay/RGY23Un drapeau français
Un drapeau français - Sputnik Afrique, 1920, 13.11.2022
S'abonnerTelegram
Signe de plus de l’érosion des relations entre Bangui et Paris, la France "prend note" de la fin du décanat par la Centrafrique. Ce privilège diplomatique a toujours fait de l’ambassadeur de France en RCA le doyen du corps diplomatique accrédité à Bangui.
Catherine Colonna, ministre française des Affaires étrangères, a adressé une lettre à son homologue centrafricaine Sylvie Baïpo-Témon, dans laquelle elle fait savoir que la France "prend note de la décision de la République Centrafricaine de renoncer au principe de décanat" entre Paris et Bangui.
Les ambassadeurs français avaient bénéficié du statut de doyen du corps diplomatique accrédité à Bangui depuis 1960, l’année de l’indépendance de la République Centrafricaine (RCA).
Dans sa lettre, la diplomate française ajoute que ce système n’était plus mis en œuvre depuis plusieurs années "tant par la partie française que par la partie centrafricaine", relate RFI.
Elle fait également part de "sa préoccupation" face à la "recrudescence des attaques dont la France et son ambassadeur" font l’objet. Ainsi, l’ambassadeur actuel dans ce pays africain, Jean-Marc Grosgurin, a régulièrement fait l’objet d’attaques "en des termes virulents et insultants qui révèlent souvent du mensonge, de la manipulation et de l’incitation à la haine", selon la diplomatie qui estime que la France est victime d’une "campagne de dénigrement visiblement bien structurée et organisée" en RCA.

Fin du décanat

En début de semaine Sylvie Baïpo-Témon a informé Catherine Colonna de la fin du décanat accordé au Haut représentant de la France auprès du chef de l’État centrafricain.
Dans la lettre la ministre centrafricaine accuse Jean-Marc Grosgurin d’avoir "des attitudes irrespectueuses aux invitations du chef de l’État", de s’adonner à "la désinformation et à la délation". Paris est également accusé de ne pas avoir appliqué "la réciprocité" de rigueur en matière diplomatique.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала