Durée de la transition: le Tchad échappe aux sanctions

© Photo pixabayle Tchad drapeau
le Tchad drapeau - Sputnik Afrique, 1920, 12.11.2022
S'abonnerTelegram
Lors d’une session extraordinaire, l’Union africaine n’a pas imposé de sanctions au Tchad malgré un rapport accablant sur fond de revers concernant la durée de la transition et l’inéligibilité des militaires aux élections. La décision sera prise plus tard, assure l’UA.
Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) n’est pas parvenu à un accord sur le dossier tchadien au cours de sa réunion tenue le 11 novembre, indique l’UA dans le communiqué.
Uniquement trois pays membres du CPS, qui en inclut 15, ont soutenu la demande de sanctions, selon une source de RFI. 11 pays se sont prononcés contre, l’Afrique du Sud n’a pas pris position.
Dans son communiqué l’UA précise que le CPS "devra prendre une décision", qui sera appliquée, sans donner de délai précis.

Le rapport

Moussa Faki, président de la Commission de l'UA, a présenté le rapport sur le Tchad le 11 novembre. Le document a dénoncé le refus du pouvoir de transition de respecter la durée convenue de transition, à savoir 18 mois, ainsi que le revers sur l’inéligibilité des militaires aux prochaines élections. Le rapport souligne également que plusieurs exigences et décisions du CPS, organe chargé de la prévention et du règlement des conflits, "ont été totalement ignorées".
Les autorités ont déjà qualifié le rapport de "pamphlet contre le gouvernement".

Situation tendue

Le rapport du CPS appelle également à une enquête pour établir les responsables des événements du 20 octobre lorsqu’une cinquantaine de manifestants ont été tués et des centaines ont été blessés à N'Djamena et dans quelques autres villes. D’après les autorités de la transition, ces manifestations étaient une "insurrection minutieusement préparée" avec le "soutien de puissances étrangères".
Les manifestants protestaient contre la prolongation pour deux ans du général Mahamat Idriss Déby Itno à la présidence du pays. Le 20 avril 2021, après l'annonce du meurtre du maréchal Déby, l'armée avait proclamé son fils Mahamat Idriss Déby Itno, 37 ans, Président de la République. Lui, ainsi que 15 généraux, est resté au pouvoir pour une période de transition de 18 mois renouvelable une fois, tout en promettant des "élections libres et démocratiques" après. Pourtant, début octobre 2022, Mahamat Idriss Déby Itno a été maintenu dans sa fonction et une deuxième période de transition de deux ans a été décrétée.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала