L’Afrique doit "créer un groupe d’intérêt économique commun" avec les pays des BRICS

© Photo Pixabay / www_slon_picsDrapeaux des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud)
Drapeaux des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) - Sputnik Afrique, 1920, 31.10.2022
S'abonnerTelegram
Pour un ex-ministre algérien de l’Industrie, les pays africains devraient rejoindre les BRICS dans les meilleurs délais, en vue de créer un groupe d’intérêt économique commun. D’ailleurs, le nouveau Président brésilien, Lula Da Silva, croit que son pays a "beaucoup à apporter et à apprendre" dans sa relation avec l'Afrique.
Dans un entretien accordé à Sputnik, l’ancien ministre algérien de l’Industrie, Ferhat Ait Ali, s’est réjoui de l’élection du leader du Parti des travailleurs, Luiz Inacio Lula Da Silva, au poste de Président du Brésil. Ce dernier avait tissé des liens forts avec les pays africains durant ses deux premiers mandats.

"Lula Da Silva, en sillonnant pratiquement tous les pays d’Afrique, ne l’a pas fait seulement en bon Samaritain. Mais tout simplement parce qu’il croit que les pays émergents, comme le Brésil, ont beaucoup à apporter à l’Afrique, car à un moment donné, ils étaient équivalents en matière de développement. Mais également, il [le Brésil, NDLR] a beaucoup à apprendre de l’Afrique", a fait savoir Ferhat Ait Ali.

Le ministre algérien estime que "c’est avec ce genre de puissance émergente et aussi avec le reste des BRICS [qui réunit le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, NDLR] qu'on doit créer un groupe d’intérêt économique commun. Nous avons une destinée commune (…), parce que nous avons en face une logique qui croit en l’accumulation du capital à tout prix, par tous les moyens possibles et imaginables".

"Je pense que les membres des BRICS devraient inviter les pays les plus proches en terme d’émergence économique à les rejoindre, et les pays africains qui sont les plus solvables économiquement, devraient essayer de rejoindre ce groupe le plus tôt possible. Car la logique capitaliste qui permet à 10% de l’humanité de consommer 80% des richesses de la planète ne tient plus la route", indique Ferhat Ait Ali.

"Le Brésil a un rôle à jouer"

D’après l’interlocuteur de Sputnik, le Brésil aimerait étendre ses activités à un continent qui partage plusieurs traits communs avec le continent sud-américain.
"Ne serait ce qu'en termes de pluviométrie et en termes de nature des terres agricoles. Donc on peut dire qu’à partir du Burkina Faso jusqu’au Congo, le Brésil a un rôle à jouer. Aussi, dans le domaine minier, les Brésiliens sont bien équipés et ils ont deux siècles d’expérience en la matière, et peuvent apporter leurs savoir-faire aux Africains qui, aujourd'hui, donnent les concessions minières à des groupes capitalistes qui ne donnent pas le dixième ou même le cinquième à ces pays, d'où sont originaires ces ressources", a fait valoir Ferhat Ait Ali.
Dans le cas des BRICS, "ça serait mieux", estime-t-il. Il y a des pays des BRICS qui sont aussi spécialisés dans le domaine minier et y sont aussi intéressés, comme la Chine et la Russie. "Pour pouvoir prendre en charge l'exploitation des ressources minières africaines au profit de toutes les parties, à savoir les Africains eux-mêmes, qui sont les propriétaires de ces ressources", insiste l’ancien ministre.

Élection de Da Silva

Ferhat Ait Ali a également tenu à souligner qu’il s’attendait à la réélection de Lula Da Silva.
"Il voulait un grand Brésil. Il le veut toujours d’ailleurs. Le peuple brésilien croit en sa volonté et à sa vision (…). Il voulait créer une dynamique économique brésilienne, mais qui ne se déconnecte pas de son environnement naturel", a indiqué l’interlocuteur de Sputnik.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала