"L’ère de la colonisation est révolue", clame le militant anti-Barkhane Maïkoul Zodi

CC BY-SA 2.0 / Roland / DSC_0293Centre de Niamey, Niger
Centre de Niamey, Niger - Sputnik Afrique, 1920, 27.10.2022
S'abonnerTelegram
Exclusif
Les ressources nigériennes "sont en train d’être pillées par la France", les accords entre les deux pays n’étant pas transparents, estime auprès de Sputnik le militant nigérien Maïkoul Zodi. Farouche opposant à la présence militaire française dans son pays, il réclame le départ des soldats de Barkhane.
La présence au Niger de bases militaires étrangères, notamment le contingent de la force française Barkhane, nuit au pays, avance auprès de Sputnik Maïkoul Zodi, militant nigérien, coordinateur régional de Tournons la Page (TLP), coalition de plusieurs ONG.

"Aucun résultat "

"Barkhane est là depuis 10 ans et nous n’avons pas de résultat. Aucun résultat", peste-t-il.
Redéployée du Mali en août après neuf ans de présence, la force Barkhane reste actuellement au Niger. TLP a déjà organisé des manifestations à Niamey pour demander son départ.
"Nous ne voulons pas des forces étrangères là, nous ne voulons pas de la force Barkhane. Nous ne voulons pas qu’ils viennent jouer du paternalisme chez nous, comme si la France était notre père et c’est la France qui nous dicte", lâche le militant.
Malgré la présence des militaires hexagonaux, les terroristes continuent en effet d’attaquer et de provoquer des déplacements d’habitants du Niger, insiste-t-il.

Sur la politique française au Niger

Maïkoul Zodi pointe la "non-transparence des accords entre la France et le Niger".
"Quand vous regardez les pays colonisés par les Britanniques, vous allez trouver un semblant de développement. Mais chez nous, les francophones, jusque-là on n’arrive pas à être souverains. Toutes nos ressources sont en train d’être pillées par la France. Et nous ne sommes pas d’accord", avance-t-il, incitant à "dire non à cette politique française".
En octobre il a vu son visa français annulé "sans aucun motif", selon lui. Interrogé par l’AFP, l’ambassadeur français au Niger Sylvain Itté a justifié le refus de visa de circulation, valable pour une année (du 03/05/2022 au 02/06/2023), par l’absence de "raisons professionnelles" pour se rendre en France. Le diplomate a toutefois précisé que le militant pouvait "parfaitement déposer une demande de visa s’il a un projet de venue en France ou dans l’espace Schengen".

En quête de coopération gagnant-gagnant

L’activiste réfute l’appellation "antifrançais": "Non, nous ne sommes pas antifrançais, mais nous aimons notre pays de la même façon que les Français aiment leur pays. Nous aimons l’Afrique et nous allons nous battre contre tous ceux qui ne veulent pas le développement de l’Afrique. Avec les moyens que nous avons, nous allons les utiliser".
"Il faudrait que les Français comprennent qu’ils se sont trompés d’époque. Ce n’est plus au Moyen Âge. L’ère de l’esclavage est révolue, l’ère de la colonisation est révolue. Nous sommes indépendants et nous aimions être souverains sur nos sous-sols, sur nos richesses", tranche Maïkoul Zodi.
Il précise qu’il n’est pas contre l’idée de coopération entre les pays, mais dans un format "gagnant-gagnant": "L’uranium qu’on extrait des champs de mes grands-parents peut servir à alimenter deux ampoules sur trois en France, et ici, dans nos hôpitaux il n’y a pas d’électricité".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала