Nigeria: 520 millions de dollars de la BAD et ses partenaires pour transformer l'agriculture

© AP Photo / Ibrahim MansurDes enfants au Nigeria (image d'illustration)
Des enfants au Nigeria (image d'illustration) - Sputnik Afrique, 1920, 26.10.2022
S'abonnerTelegram
Le Nigeria a entamé lundi son long périple pour mettre un terme à la faim et atteindre la sécurité alimentaire en lançant un programme de zones spéciales de transformation agro-industrielle (SAPZ), une initiative de la Banque africaine de développement (BAD).
Selon le président de la BAD, Akinwumi Adesina, "les zones spéciales de transformation agro-industrielle sont de nouvelles zones économiques, situées dans les zones rurales, qui seront entièrement soutenues par des infrastructures (électricité, eau, routes, infrastructure numérique et logistique) qui permettront aux entreprises agroalimentaires et agro-industrielles de s’y implanter".
Il a affirmé que cela les placera à proximité des agriculteurs dans les bassins de production, fournira des débouchés aux agriculteurs, soutiendra la transformation et l’ajout de valeur, réduira les pertes alimentaires et permettra l’émergence de chaînes de valeur alimentaires et agricoles hautement compétitives, souligne un communiqué de la BAD.
La cérémonie de lancement dans la capitale Abuja marque le début de la mise en œuvre de la première phase du programme SAPZ dans huit États du pays, estime le texte, expliquant que la BAD apporte un financement de 210 millions de dollars, tandis que la Banque islamique de développement et le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) fournissent conjointement 310 millions de dollars.
Le gouvernement nigérian contribue à hauteur de 18,05 millions de dollars, précise-t-on.
Le Président du Nigeria, Muhammadu Buhari, dans un discours prononcé en son nom par le vice-président, Yemi Osinbajo, a fait l’éloge de l’initiative et a déclaré :
"Si le programme des zones spéciales de transformation agro-industrielle atteint ses objectifs -et nous sommes convaincus qu’il le fera-, nous porterons en moins d’une décennie un coup fatal à l’insécurité alimentaire, créerons des millions d’emplois et d’opportunités agro-industrielles bien rémunérés et améliorerons radicalement les recettes d’exportation de l’agriculture".
M. Adesina, ancien ministre de l’Agriculture du Nigeria et lauréat du prix mondial de l’alimentation, a déclaré que "la faim au Nigeria ne se justifie pas. Le Nigeria a la terre, avec 34 millions d’hectares de terres arables à l’agroécologie riche et diversifiée. Il dispose de ressources en eau, il a de la main-d’œuvre et il bénéficie d’un grand ensoleillement. Le Nigeria doit atteindre l’objectif zéro faim. Il n’y a aucune raison pour que quiconque ait faim au Nigeria".
Pour aider l’Afrique à éviter une crise alimentaire, note le communiqué, la BAD a lancé une Facilité africaine de production alimentaire d’urgence de 1,5 milliard de dollars pour aider 20 millions d’agriculteurs à accéder à des technologies agricoles résilientes au climat et à produire 38 millions de tonnes de denrées alimentaires d’une valeur de 12 milliards de dollars.
Le dernier Indice de la faim dans le monde (2022) classe le Nigeria au 103e rang des 121 pays confrontés à une crise de la faim dans le monde.
Katherine Meighan, vice-présidente associée du Fonds international de développement agricole (FIDA), a déclaré, de son côté, que son organisation était déterminée à contribuer à l’objectif global du programme SAPZ en autonomisant 100.000 bénéficiaires directs, notamment des petits exploitants, des petits transformateurs, des commerçants et des prestataires de services dans les États d’Ogun et de Kano, avec un accent particulier sur les jeunes et les femmes.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала