Paris annule le visa d’un militant nigérien connu pour ses positions antifrançaises

© Sputnik . Maria BalarevaParis
Paris - Sputnik Afrique, 1920, 22.10.2022
S'abonnerTelegram
Le Nigérien Maïkoul Zodi s’est vu annuler son visa de circulation en France. Il est connu pour son opposition à l’opération Barkhane. Ceci moins d’une semaine après l’interdiction d’entrée sur le territoire de l’activiste suisso-camerounaise Nathalie Yamb, elle aussi hostile à la présence hexagonale en Afrique.
Le 20 octobre, la France a annulé le visa de circulation sur son territoire de Maïkoul Zodi, militant nigérien connu pour ses prises de position contre la présence des bases militaires étrangères pour la lutte antidjihadiste, et plus particulièrement à l’opération Barkhane, rapporte Actu Cameroun.
M.Zodi, qui est le coordinateur au Niger de Tournons la Page, une coalition de plusieurs ONG, a déclaré à l’AFP que le lendemain il se proposait d’aller à l’ambassade française pour demander les raisons de l’annulation.
Dans une notification qui lui avait été envoyée par l’ambassadeur de France au Niger Sylvain Itté, il lui avait été rappelé "qu’un visa de circulation" n’était "pas un droit et qu’il était accordé généralement à des personnes qui étaient amenées à se rendre souvent en France pour des raisons professionnelles, ce qui n’était pas le cas de M.Zodi".

Les critiques antifrançaises sont à l’origine

L’ambassadeur a indiqué que personne ne lui interdisait de déposer une demande de visa s’il envisageait de venir en France ou dans l’espace Schengen.
L’annulation du visa pouvait avoir pour raison les critiques antifrançaises de la part de Maïkoul Zodi, notamment concernant l’opération Barkhane qui s’était repliée au Niger après son retrait du Mali. Sa coalition, Tournons la Page, a organisé des manifestations à Niamey après ce retrait.
"Au fil du temps, ces forces sont devenues illégitimes parce qu’après 10 ans d’existence, la situation ne fait qu’empirer", a-t-il signalé à l’AFP.

La "dame de Sotchi" sous le coup de l’interdiction

Le 14 octobre, le ministère français de l’Intérieur a informé par lettre recommandée l’activiste suisso-camerounaise Nathalie Yamb que l’entrée et le séjour sur le territoire français lui avaient été interdits en vertu de l’arrêté du 12 janvier 2022.
Selon une source proche du dossier, la militante était "sous le coup de cette mesure pour incitation à la haine et à la violence".
Le texte a évoqué les "diatribes récurrentes" visant "la France et ses autorités et dans lesquelles elle cautionne, voire encourage, le recours à la violence à l’encontre des symboles de la présence française en Afrique".
L’activiste de 52 ans est également accusée d’avoir tenu "des propos virulents à l’égard des positions françaises sur le continent africain susceptibles de favoriser l’entrisme des puissances étrangères hostiles à la France sur le continent africain et d’alimenter le développement d’un ressentiment populaire anti-français".
Elle-même se surnomme "la dame de Sotchi" en référence à sa prise de parole retentissante en marge du premier sommet Russie-Afrique en 2019.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала