- Sputnik Afrique, 1920
Donbass. Opération russe
La Russie a lancé le 24 février 2022 une opération militaire en Ukraine pour protéger les habitants du Donbass subissant le blocage et les attaques de Kiev depuis 2014.

Moscou essaie de réduire les pertes, l’Otan intensifie la guerre, note un politologue espagnol

© AFP 2022 SERGEI CHUZAVKOVKiev après une frappe russe, le 10 octobre 2022
Kiev après une frappe russe, le 10 octobre 2022 - Sputnik Afrique, 1920, 11.10.2022
S'abonnerTelegram
Les frappes russes sur plusieurs infrastructures ukrainiennes sont une réponse ciblée aux provocations de Kiev, explique à Sputnik le politologue espagnol Manuel Monereo Pérez. La Russie tente de rester mesurée alors que l’Otan joue l’escalade, souligne-t-il.
La Russie a montré une partie de son potentiel militaire en frappant diverses installations en Ukraine, a expliqué à Sputnik le politologue espagnol Manuel Monereo Pérez. Cette réponse à la destruction partielle du pont de Crimée montre que Moscou peut toucher n’importe quelle infrastructure ukrainienne.
"La réponse russe démontre quelque chose qui a été caché depuis le début: la capacité des forces armées russes combinées à détruire les infrastructures civiles, énergétiques et technologiques ukrainiennes", estime-t-il.
Le politologue souligne néanmoins que l’opération militaire russe reste mesurée, "contrôlée politiquement", afin de réduire les coûts humains et économiques. L’Otan, au contraire, entretient une tension permanente, propice à l’escalade.
Une agressivité de l’Alliance que le spécialiste décèle notamment dans les récentes déclarations de Volodymyr Zelensky, qui avait demandé des frappes préventives sur le territoire russe pour éviter un hypothétique dérapage nucléaire.

Des négociations inenvisageables?

Cette fuite en avant de l’Otan semble d’ailleurs être le principal obstacle à la tenue de pourparlers, alors que Vladimir Poutine avait déjà tendu la main à Kiev fin septembre, comme l’explique à Sputnik Hoang Giang, expert vietnamien en relations internationales.
"Avec ses frappes, la Russie montre qu'elle peut répondre dignement. Il est difficile de s'asseoir à la table des négociations maintenant, car les États-Unis et l'Occident veulent combattre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien", explique-t-il.
Le 10 octobre, la Russie avait visé des installations énergétiques dans plusieurs villes d’Ukraine, en réponse à l’explosion survenue sur le pont de Crimée. Des coupures de courant ont été constatées dans plusieurs grandes villes, comme Kiev ou Lvov.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала