L’Institut français ferme ses deux sites au Burkina Faso

© AP Photo / Kilayé BationoUne manifestation au Burkina Faso, le 2 octobre 2022
Une manifestation au Burkina Faso, le 2 octobre 2022 - Sputnik Afrique, 1920, 06.10.2022
S'abonnerTelegram
Les turbulences antifrançaises au Burkina Faso, qui se sont notamment traduites par des actes de vandalisme et de saccage des deux sites de l’Institut français, ont eu pour effet leur fermeture jusqu’à nouvel ordre. Les services de l’ambassade ont également été fermés.
L’Institut français a annoncé mercredi 5 octobre la fermeture de ses bureaux de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso au Burkina Faso.
"Suite aux actes de vandalisme et de saccage opérés sur les deux Instituts français du Burkina Faso le samedi 1er octobre 2022, l’Institut français du Burkina Faso restera fermé au public jusqu’à nouvel ordre. Les deux sites de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso sont concernés par cette fermeture temporaire", indique l’Institut français.
L’institution a fait savoir que "de nouvelles informations" seraient communiquées "dans les meilleurs délais".

Les services de l’ambassade française également fermés

Mercredi soir, l’ambassade de France au Burkina Faso a également annoncé la fermeture de ses services.
"Les services de l’ambassade, du consulat général, des instituts et des opérateurs français qui reçoivent habituellement du public demeurent fermés jusqu’à nouvel ordre", indique un communiqué de l’ambassade.
La raison est la même que dans le cas de l’Institut français: les actes de vandalisme et de saccage de samedi.

Paris condamne

Samedi 1er octobre en fin d’après-midi deux institutions françaises ont été ciblées par des manifestants pendant les événements liés au coup d’État au Burkina Faso. Un incendie s’est déclaré devant l’ambassade de France et l’Institut français à Ouagadougou, un autre devant l’Institut français à Bobo-Dioulasso.
Les violences ont été condamnées par Paris qui avait exhorté ses ressortissants à "rester chez eux jusqu’à nouvel ordre".
Ces attaques "sont le fait de manifestants hostiles, manipulés par une campagne de désinformation à notre encontre", a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Anne-Claire Legendre.

Moscou compte sur le retour à l’ordre constitutionnel

Le Kremlin s’est dit favorable à la normalisation de la situation au Burkina Faso le plus rapidement possible.
"Nous voudrions que la situation au Burkina Faso se stabilise au plus vite", a déclaré le 3 septembre aux journalistes le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.
La diplomatie russe a exprimé les mêmes souhaits et a appelé les politiciens burkinabés à faire preuve de retenue pour maintenir la sécurité. Elle espère que les nouvelles autorités opteront pour le retour dans les meilleurs délais à l’ordre constitutionnel.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала