"Les États-Unis sur le point de devenir partie au conflit" en Ukraine, selon Lavrov

© Sputnik . Ilya Pitalev / Accéder à la base multimédiaSergueï Lavrov
Sergueï Lavrov - Sputnik Afrique, 1920, 22.09.2022
S'abonnerTelegram
La Russie est certaine que "l’Occident collectif" ne veut pas de règlement pacifique du conflit en Ukraine, qu’il cherche à prolonger. Continuant d’envoyer des armes à ce pays, les États-Unis "sont sur le point de devenir partie au conflit", estime Sergueï Lavrov, évaluant une possible collision nucléaire.
La menace nucléaire en lien avec le conflit ukrainien, les référendums à venir dans le Donbass et le dialogue russo-américain autour de la réduction des armes stratégiques. En visite à New York, Sergueï Lavrov a couvert ces dossiers dans une interview exclusive accordée au magazine Newsweek.

L’Occident prêt "à sacrifier l’Ukraine"

Pour le ministre russe des Affaires étrangères, les États-Unis et leurs alliés ne sont pas intéressés par l’établissement de la paix en Ukraine et remettent à plus tard les perspectives de règlement du conflit. D’après lui, cette possibilité "a évidemment effrayé les Américains et les Britanniques":
"Ils ont en fait interdit à l'Ukraine de poursuivre le dialogue avec la Russie. Depuis lors, les autorités ukrainiennes se sont tenues à l'écart du processus de négociation."
À ce titre, le chef de la diplomatie russe a tenu à pointer l’implication occidentale considérable dans le conflit via l’armement de l’Ukraine.
"L’Occident collectif dirigé par les États-Unis cherche ouvertement à vaincre la Russie sur le champ de bataille. Les États-Unis et leurs alliés sont prêts à sacrifier l'Ukraine au nom de leurs objectifs géopolitiques."

Les USA "sur le point de devenir partie au confit"

Précisant que "des armes de l’Otan et des États-Unis sont utilisées pour tirer sur le territoire russe frontalier de l'Ukraine, tuant des civils là-bas", Sergueï Lavrov a également souligné que le Pentagone transmettait "à Kiev des renseignements pour les frappes" et ne s’en cachait pas.
"On enregistre la présence de mercenaires et conseillers américains sur le champ de bataille. Les États-Unis, de fait, sont sur le point de devenir partie au conflit. Je réponds ainsi à votre question sur le risque de collision directe entre puissances nucléaires."

Quid des référendums?

Mettant en valeur "la protection de la population du Donbass" parmi les objectifs de l’opération militaire spéciale, Sergueï Lavrov a fait remarquer que le souhait de ces gens d’être avec la Russie sera respecté.
"Les intentions correspondantes ont été exprimées récemment par les dirigeants des régions de la RPD, de la RPL, de Zaporojié et de Kherson. Tous ont le droit d'exercer le droit à l'autodétermination conformément à la Charte des Nations unies", tient à souligner le chef de la diplomatie russe.
Les objectifs de démilitarisation et de dénazification de l’Ukraine, ainsi que l’élimination de la menace pour la Russie "restent pertinents et seront atteints, peu importe le temps que cela prendra", indique le ministre. Et de poursuivre:
"Une vie paisible se dessine dans ces territoires. Malgré les bombardements et les sabotages, des travaux de réparation et de restauration sont en cours […]. De nouvelles maisons, écoles, hôpitaux, institutions culturelles sont en cours de construction."

Dialogue russo-américain

Imputant aux États-Unis le gel du dialogue avec la Russie, Sergueï Lavrov estime que ce sont "les citoyens ordinaires" qui "paient pour la politique antirusse des élites dirigeantes".
"Naturellement, nous notons quelques signaux sommaires de l'administration américaine, et personnellement de Joe Biden, concernant la reprise du dialogue START, mais ce qui se cache derrière ces signaux reste à voir", indique le ministre russe.
En outre, M.Lavrov a également assuré que la Russie continuera à s'adapter aux nouvelles réalités financières et, avec ses partenaires, réduira la part du dollar américain dans les échanges mutuels.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала