- Sputnik Afrique, 1920
Donbass. Opération russe
La Russie a lancé le 24 février 2022 une opération militaire en Ukraine pour protéger les habitants du Donbass subissant le blocage et les attaques de Kiev depuis 2014.

"Charnier" et "exécutions" à Izioum: ces images invalideraient les accusations de Kiev

© Sputnik . Victor Antonuk / Accéder à la base multimédiaIzioum
Izioum - Sputnik Afrique, 1920, 20.09.2022
S'abonnerTelegram
Alors que Kiev semble vouloir répéter à Izioum le scénario déjà utilisé à Boutcha de la prétendue découverte de preuves d'atrocités russes, Sputnik publie des images et témoignages qui prouveraient la fausseté des assertions de Kiev.
Au milieu des discussions portant sur les nouvelles accusations de Kiev contre l'armée russe, Sputnik publie des photos et vidéos visant à infirmer les assertions de l'Ukraine sur les prétendues exécutions massives de militaires ukrainiens près de la ville d'Izioum, dans la région de Kharkov.
Ces images datent de mai dernier. Elles montrent des dizaines de soldats ukrainiens tués dans des combats contre les troupes russes, avec des blessures par balles et par explosion. Au moins une partie des corps présentent des signes de décomposition, sans doute en raison d’une longue présence au grand air.

Cadavres non voulus par Kiev

Selon un correspondant de Sputnik qui a visité la zone concernée en mars et avril, des combats acharnés étaient alors en cours dans les villages de Brajkovra et de Souligovka, près d'Izioum. Une fois ces territoires pris par les Russes, les corps des soldats ukrainiens tués ont été transférés dans la morgue d'Izioum.
Certains militaires ont été identifiés, toutes les informations ont été remises à la partie ukrainienne, a indiqué un témoin qui a requis l'anonymat pour des raisons de sécurité. Mais, selon lui, le commandement de Kiev a refusé de récupérer les corps et ceux-ci ont été enterrés dans un cimetière près de la ville.

Un mensonge à brandir?

Jusqu'à septembre, lorsque l'Ukraine a repris le contrôle d'Izioum, personne ne s'est souvenu de ces corps, a ajouté le témoin. Après l'exhumation, Kiev a accusé les troupes russes de crimes contre l'humanité, comme c'était le cas au printemps à Boutcha.
Le 15 septembre, le Président ukrainien a déclaré qu’une fosse commune avait été découverte. "Ce ne sont que des mensonges", lui a rétorqué le porte-parole de Vladimir Poutine.
BFM TV s'est empressé de diffuser des images de ce soi-disant "charnier", mais a tout de suite été épinglé pour manque d’objectivité. Car les nombreuses tombes, presque toutes individuelles, avec des croix et des inscriptions posthumes avaient peu en commun avec une fosse pour des corps anonymes jetés en vrac.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала