- Sputnik Afrique, 1920
Donbass. Opération russe
La Russie a lancé le 24 février 2022 une opération militaire en Ukraine pour protéger les habitants du Donbass subissant le blocage et les attaques de Kiev depuis 2014.

Kiev veut rejouer Boutcha à Izioum, clame le chef de la région de Kharkov

© Sputnik . Victor Antonyuk / Accéder à la base multimédiaLa ville d'Izioum après les tirs ukrainiens
La ville d'Izioum après les tirs ukrainiens - Sputnik Afrique, 1920, 17.09.2022
S'abonnerTelegram
Kiev essaye de monter une provocation à Izioum, dans la région de Kharkov, après le retrait de l’armée russe, ont indiqué à Sputnik les autorités locales. Reprenant ainsi "le scénario de Boutcha", l’Ukraine voudrait en utiliser les images via les médias occidentaux pour obtenir de nouvelles armes.
L’Ukraine tente d’organiser une provocation à Izioum, ville située dans la région de Kharkov, reprenant le scénario du "massacre de Boutcha", ont déclaré à Sputnik les autorités locales.
Depuis fin mars jusqu’au mois de septembre, cette ville a été contrôlée par l’armée russe, mais a été prise pour cible par les Ukrainiens. Puis, les troupes de Moscou s’en sont retirées pour être partiellement redéployées en direction du Donbass.
"Une énième fois, nous assistons à la spéculation des autorités ukrainiennes sur des vies humaines", a déclaré le chef de l’administration de la région, Vitaly Gantchev.
"Il est évident que l’Ukraine essaye de répéter le scénario de Boutcha, maintenant à Izioum. Cette ville, comme d’ailleurs de nombreuses autres villes dans la région, a subi de fortes frappes", a-t-il expliqué.

Une mise en scène pour les médias

L’Ukraine crée "une image" pour les médias occidentaux dans le but d’obtenir de nouvelles livraisons d’armes, a souligné le chef d’administration.
Le Président ukrainien a affirmé, en anglais, dans une vidéo diffusée le 15 septembre, qu’une fosse commune avait été découverte à Izioum. Il a également promis d’y faire venir les représentants des médias étrangers.
En avril dernier, le ministère russe de la Défense a déclaré que les photos et les vidéos de prétendues preuves de crimes russes, diffusées par Kiev, n’étaient qu’une "énième provocation". Pendant que la ville était contrôlée par les forces armées russes, aucun civil n’a subi de violence, a souligné l’institution.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала