Des discussions sur la fourniture de gaz algérien pour la France pourraient se tenir en octobre

© Sputnik . Pavel Lvov / Accéder à la base multimédiaUne usine de transformation de gaz
Une usine de transformation de gaz - Sputnik Afrique, 1920, 13.09.2022
S'abonnerTelegram
Des pourparlers importants, portant sur l’approvisionnement du gaz algérien pour la France, auraient lieu en octobre prochain, selon le site spécialisé Maghreb Intelligence. Emmanuel Macron avait pourtant assuré en août dernier que la France n’en avait pas besoin.
Le volte-face de la France sur la question du gaz algérien se concrétise. Le site spécialisé Maghreb Intelligence affirme, en citant des sources concordantes, que la fourniture de nouveaux volumes de gaz naturel sera au centre des discussions entre les délégations ministérielles françaises et algériennes en octobre, à Alger.
Le média précise que la Première ministre française, Elisabeth Borne, ainsi que d’autres représentants du gouvernement vont effectuer un voyage important à Alger. Plusieurs réunions devraient être menées afin d’aboutir à un accord. Celui-ci est une priorité pour le gouvernement français qui voudrait négocier un nouvel accord d’exploitation et de commerce de gaz avec Alger. Il devrait permettre à la France de bénéficier d’un volume de trois milliards de m3 de gaz naturel pour faire face à une éventuelle consommation élevée des foyers français cet hiver.
Maghreb Intelligence a pris connaissance auprès de sources algériennes que le pays aurait accepté la demande française d’approvisionnement de gaz naturel.
Volte-face d’Emmanuel Macron
Le 26 août, le Président français a déclaré lors de sa visite en Algérie, qu’il n’était pas intéressé par le gaz algérien, car son pays en était peu dépendant. Selon Macron, les 8-9% de gaz exporté par l’Algérie pour la consommation française "n’allaient pas changer la donne".
Pourtant, deux jours plus tard, des engagements ont été pris entre les dirigeants des deux pays. Europe 1 rapportait alors que l’Algérie pourrait augmenter ses livraisons de 50%. Catherine MacGregor, patronne d’Engie a également rencontré le ministre algérien de l’Énergie et des Mines ainsi que le patron du géant énergétique algérien Sonatrach.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала