Avant de partir d’Algérie, Macron dans un bain de foule controversé – vidéo

© AFP 2022 LUDOVIC MARINEmmanuel Macron à Oran, Algérie
Emmanuel Macron à Oran, Algérie - Sputnik Afrique, 1920, 27.08.2022
S'abonnerTelegram
Durant le dernier jour qu’Emmanuel Macron passe en Algérie, une cohue l’a accompagné dans les rues de la ville d’Oran. Alors que le Président était à peine sorti de sa voiture pour saluer des centaines de personnes, tout a vite dégénéré en insultes, poussant la sécurité à muscler sa protection.
Le dernier jour de la visite d’Emmanuel Macron en Algérie, qui vise à un "partenariat renouvelé, concret et ambitieux", a été marqué par un bain de foule à Oran. Alors que le premier jour de ce périple avait déjà été beaucoup commenté sur les réseaux sociaux, ce 27 août, le mot "humiliation nationale" resurgit sur Twitter.
Les événements se déroulent au moment du départ du Président français, lorsqu’il descend pour quelques minutes de sa voiture pour saluer les Algériens réunis dans la rue. Or, au bout de quelques instants, l’atmosphère devient assez tendue, quand une partie des personnes commencent à scander "1-2-3 viva l’Algérie", d’autres proférant des insultes, alors que beaucoup, souriant, tendent les mains vers Emmanuel Macron.
La sécurité est alors obligée de renforcer sa protection et de contenir légèrement la foule.

"Cela fait partie de sa façon d’être"

Contacté par RMC, l’Élysée a expliqué que le Président exprimait toujours l’envie d’aller à la rencontre des gens à l’étranger.
"Cela fait partie de sa façon [du Président, ndlr] d’être, de son rapport à l’autre. Il a besoin de sentir les choses. Ce n’était pas possible à Alger, on savait qu’Oran était un moment où c’était en revanche faisable", explique par ailleurs un proche d’Emmanuel Macron auprès de la même source.
Et de préciser:
"Il a très vite su mettre fin au bain de foule pour éviter que des gens ne se blessent ou créer un problème dans les rues d’Oran."

Relancer "l’histoire d’amour"

Après ce déplacement à Oran, Emmanuel Macron est reparti à Alger pour "signer une déclaration commune" avec son homologue Abdelmadjid Tebboune.
Donnant un nouveau coup d’envoi à "l’histoire d’amour" reliant les deux pays, le Président français a mis en avant la question de l’immigration, la formation de la jeunesse algérienne en augmentant le nombre de jeunes accueillis par la France, ainsi que le dossier de réconciliation bilatérale suite à la colonisation.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала