Kenya: l’immense décharge de Dandora tue les plus démunis à petit feu

Nairobi - Sputnik Afrique, 1920, 14.08.2022
S'abonnerTelegram
Les Kenyanes ramassant les ordures de la plus grande décharge à ciel ouvert du Kenya, celle de Dandora, voient leur état de santé se dégrader. Pourtant, ce site polluant reste leur seul moyen de survivre.
Bien qu’en juillet 2021 un tribunal kenyan ait ordonné la fermeture de la décharge de Dandora, l’une des plus grandes de la capitale kenyane, celle-ci continue de fonctionner. Pour des milliers de Kenyans, principalement des femmes, ce site où ils se rendent quotidiennement présente de graves risques pour leur santé.

"Le plomb et le mercure sont des métaux lourds et la plupart du temps, les femmes qui travaillent dans les décharges inhalent et ingèrent en même temps ces métaux lourds. Cela n'affecte pas seulement la santé reproductive. La plupart de ces femmes finissent par avoir un cancer", explique à AfricaNews l’infirmière Jacqueline Naulikha.

Plusieurs font état d’une dégradation de leur santé. "Parfois, on peut perdre sa grossesse de manière inattendue. Mais lorsqu'on change son environnement, on peut avoir une grossesse réussie", témoigne Winfred Wanjira. Mais même après avoir déménagé, plusieurs retournent à la décharge à cause du manque de possibilités pour travailler, explique-t-elle.
Aucun de ces ramasseurs d’ordures ne gagne plus de 2,50 dollars par jour.

"Nous recherchons généralement des bouteilles en plastique, des boîtes en carton, des sacs en toile, des os et de la nourriture pour les porcs. Nous le faisons sans gants de protection ni bottes en caoutchouc, si bien que nous nous coupons parfois avec du verre. On souffre vraiment", explique Mariam Makeba.

La décharge

Située à l’est de Nairobi, la décharge est en activité depuis la fin des années 1970 et s’étend sur 45 hectares environ. Chaque jour, elle reçoit jusqu'à 2.000 tonnes d'ordures. La décharge était déjà pleine en 2001. En juillet 2021, le tribunal de l'environnement et de la terre de Nairobi a ordonné la fermeture du site dans un délai de six mois, mais la décision se fait attendre.
Depuis une quinzaine d’années, l’Onu avertit que la décharge présente de graves risques pour l’environnement et la santé des personnes y travaillant et vivant à proximité.
Dans un rapport, daté de 2007, le PNUE (Programme des Nations unies pour l'environnement) indique que la décharge de Dandora est responsable d’une pollution environnementale qui provoque des problèmes cutanés ou encore des anomalies respiratoires. Par exemple, les enfants ont une concentration excessive de plomb dans le sang en raison d'une exposition à des agents polluants comme des métaux lourds présents dans le sol, l'air et la terre.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала