Des migrants du Moyen-Orient dans un centre logistique biélorusse

S'abonnerTelegram
Environ 2.000 migrants originaires du Moyen-Orient qui n’avaient pas réussi à franchir la frontière entre la Biélorussie et la Pologne ont été hébergés dans un centre logistique biélorusse, où un centre de rétention temporaire avait été mis en place.
Des repas chauds et des conditions sanitaires et hygiéniques de base ainsi qu’une vaccination contre le Covid-19 y sont prévus pour les migrants.
Découvrez les images des étrangers dans un centre logistique biélorusse à la frontière avec la Pologne dans ce diaporama de Sputnik.
© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Les migrants ont quitté le point de passage de Brouzgi, à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, pour se rendre dans un centre logistique situé à proximité.

Les migrants ont quitté le point de passage de Brouzgi, à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, pour se rendre dans un centre logistique situé à proximité. - Sputnik Afrique
1/12

Les migrants ont quitté le point de passage de Brouzgi, à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, pour se rendre dans un centre logistique situé à proximité.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

"Au 18 novembre, tous les réfugiés du camp improvisé situé à la frontière biélorusso-polonaise près du point de passage Brouzgi (Kuznica du côté polonais) se sont déplacés de leur propre gré dans un centre de transport et de logistique en raison de la brusque détérioration des conditions météorologiques et de la menace pour la vie, notamment des enfants", est-il possible de lire dans le message du canal Telegram du Comité d’État des frontières de Biélorussie.

"Au 18 novembre, tous les réfugiés du camp improvisé situé à la frontière biélorusso-polonaise près du point de passage Brouzgi (Kuznica du côté polonais) se sont déplacés de leur propre gré dans un centre de transport et de logistique en raison de la brusque détérioration des conditions météorologiques et de la menace pour la vie, notamment des enfants", est-il possible de lire dans le message du canal Telegram du Comité d’État des frontières de Biélorussie. - Sputnik Afrique
2/12

"Au 18 novembre, tous les réfugiés du camp improvisé situé à la frontière biélorusso-polonaise près du point de passage Brouzgi (Kuznica du côté polonais) se sont déplacés de leur propre gré dans un centre de transport et de logistique en raison de la brusque détérioration des conditions météorologiques et de la menace pour la vie, notamment des enfants", est-il possible de lire dans le message du canal Telegram du Comité d’État des frontières de Biélorussie.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Dans le centre, les étrangers reçoivent des repas chauds, des vêtements chauds et des produits de première nécessité. En outre, tous ceux qui ont besoin de soins médicaux sont pris en charge.

Dans le centre, les étrangers reçoivent des repas chauds, des vêtements chauds et des produits de première nécessité. En outre, tous ceux qui ont besoin de soins médicaux sont pris en charge. - Sputnik Afrique
3/12

Dans le centre, les étrangers reçoivent des repas chauds, des vêtements chauds et des produits de première nécessité. En outre, tous ceux qui ont besoin de soins médicaux sont pris en charge.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

En outre, une vaccination des migrants contre le Covid-19 est prévue.

En outre, une vaccination des migrants contre le Covid-19 est prévue. - Sputnik Afrique
4/12

En outre, une vaccination des migrants contre le Covid-19 est prévue.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

À l’heure actuelle, il y a moins de 2.000 personnes dans le centre logistique, car près de 400 Irakiens ont décidé de retourner dans leur pays.

À l’heure actuelle, il y a moins de 2.000 personnes dans le centre logistique, car près de 400 Irakiens ont décidé de retourner dans leur pays. - Sputnik Afrique
5/12

À l’heure actuelle, il y a moins de 2.000 personnes dans le centre logistique, car près de 400 Irakiens ont décidé de retourner dans leur pays.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

"La frontière est bloquée, il y a beaucoup de soldats polonais. Nous ne pourrons pas passer, c’est pourquoi nous partons", a expliqué Ali, migrant irakien.

"La frontière est bloquée, il y a beaucoup de soldats polonais. Nous ne pourrons pas passer, c’est pourquoi nous partons", a expliqué Ali, migrant irakien. - Sputnik Afrique
6/12

"La frontière est bloquée, il y a beaucoup de soldats polonais. Nous ne pourrons pas passer, c’est pourquoi nous partons", a expliqué Ali, migrant irakien.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Des migrants du Moyen-Orient attendent un examen médical devant le centre logistique situé à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne.

Des migrants du Moyen-Orient attendent un examen médical devant le centre logistique situé à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. - Sputnik Afrique
7/12

Des migrants du Moyen-Orient attendent un examen médical devant le centre logistique situé à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

La semaine dernière, un camp de migrants improvisé avec plus de 2.000 personnes a été mis en place dans une forêt près de la frontière biélorusso-polonaise.

Sur la photo: des migrants du Moyen-Orient dans le centre logistique à la frontière biélorusso-polonaise.

La semaine dernière, un camp de migrants improvisé avec plus de 2.000 personnes a été mis en place dans une forêt près de la frontière biélorusso-polonaise.Sur la photo: des migrants du Moyen-Orient dans le centre logistique à la frontière biélorusso-polonaise. - Sputnik Afrique
8/12

La semaine dernière, un camp de migrants improvisé avec plus de 2.000 personnes a été mis en place dans une forêt près de la frontière biélorusso-polonaise.

Sur la photo: des migrants du Moyen-Orient dans le centre logistique à la frontière biélorusso-polonaise.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Cette semaine, les migrants se sont déplacés vers le point de passage de Brouzgi, à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Mardi, ils ont tenté de franchir la frontière, mais les forces de l’ordre polonaises les en ont empêchés en utilisant des moyens spéciaux, notamment des canons à eau, du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes.

Cette semaine, les migrants se sont déplacés vers le point de passage de Brouzgi, à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Mardi, ils ont tenté de franchir la frontière, mais les forces de l’ordre polonaises les en ont empêchés en utilisant des moyens spéciaux, notamment des canons à eau, du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes. - Sputnik Afrique
9/12

Cette semaine, les migrants se sont déplacés vers le point de passage de Brouzgi, à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Mardi, ils ont tenté de franchir la frontière, mais les forces de l’ordre polonaises les en ont empêchés en utilisant des moyens spéciaux, notamment des canons à eau, du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Du côté biélorusse, on trouve maintenant des morceaux de pavés, des fragments de clôture arrachés, du fil barbelé et des déchets: les migrants avaient jeté tout ce qu’ils pouvaient cassé et arraché en direction du territoire polonais pendant la tentative d’assaut. Il ne reste plus une seule barrière au poste-frontière.

Sur la photo: des migrants du Moyen-Orient dans le centre logistique à la frontière biélorusso-polonaise.

Du côté biélorusse, on trouve maintenant des morceaux de pavés, des fragments de clôture arrachés, du fil barbelé et des déchets: les migrants avaient jeté tout ce qu’ils pouvaient cassé et arraché en direction du territoire polonais pendant la tentative d’assaut. Il ne reste plus une seule barrière au poste-frontière.Sur la photo: des migrants du Moyen-Orient dans le centre logistique à la frontière biélorusso-polonaise. - Sputnik Afrique
10/12

Du côté biélorusse, on trouve maintenant des morceaux de pavés, des fragments de clôture arrachés, du fil barbelé et des déchets: les migrants avaient jeté tout ce qu’ils pouvaient cassé et arraché en direction du territoire polonais pendant la tentative d’assaut. Il ne reste plus une seule barrière au poste-frontière.

Sur la photo: des migrants du Moyen-Orient dans le centre logistique à la frontière biélorusso-polonaise.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Des enquêteurs biélorusses se trouvent actuellement dans le camp. Une procédure pénale a été ouverte concernant l’utilisation de moyens spéciaux contre les migrants et les journalistes par la partie polonaise.

Des enquêteurs biélorusses se trouvent actuellement dans le camp. Une procédure pénale a été ouverte concernant l’utilisation de moyens spéciaux contre les migrants et les journalistes par la partie polonaise. - Sputnik Afrique
11/12

Des enquêteurs biélorusses se trouvent actuellement dans le camp. Une procédure pénale a été ouverte concernant l’utilisation de moyens spéciaux contre les migrants et les journalistes par la partie polonaise.

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédia

Des migrants du Moyen-Orient dans le centre logistique à la frontière biélorusso-polonaise.

Des migrants du Moyen-Orient dans le centre logistique à la frontière biélorusso-polonaise. - Sputnik Afrique
12/12

Des migrants du Moyen-Orient dans le centre logistique à la frontière biélorusso-polonaise.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала