L’armée polonaise se renforce à la frontière biélorusse, Minsk déplore des migrants violentés

© Sputnik . Viktor Tolochko / Accéder à la base multimédiades militaires polonais
des militaires polonais - Sputnik Afrique, 1920, 10.11.2021
S'abonnerTelegram
Plusieurs arrestations et des milliers de soldats déployés: la Pologne a annoncé avoir lancé un coup de filet contre les migrants massés à sa frontière. Minsk accuse cependant Varsovie d’avoir violenté quatre personnes "vu les nombreuses blessures sur leurs corps".
La situation à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie est loin d’être apaisée. Comme l’a annoncé le 10 novembre le ministre polonais de la Défense, de nombreux migrants ont tenté de traverser dans la nuit la clôture de barbelés séparant les deux pays. En outre, la Pologne a annoncé mercredi avoir procédé à plus d'une cinquantaine d’arrestations.
"Au cours des dernières 24 heures, la police a détenu plus de 50 personnes près de Bialowieza après qu'elles ont traversé illégalement la frontière", a déclaré à l'AFP Tomasz Krupa, porte-parole de la police régionale.
Plus tôt dans la journée le ministre de la Défense Mariusz Blaszczak a déclaré à la radio publique PR1 que pendant la nuit "il y a eu de nombreuses tentatives pour franchir la frontière polonaise", mais que "tous ceux qui ont tenté de traverser ont été empêchés de le faire".

"15.000 soldats sont déjà déployés à la frontière. Si c’est nécessaire, ce nombre peut être encore augmenté", a déclaré M.Blaszczak.

Quatre migrants violentés?
Le Service biélorusse des gardes-frontières accuse cependant la Pologne d’avoir violenté quatre migrants d'ethnie kurde. Ils ont été découverts dans la nuit dans un campement à la frontière, côté bélarusse.
"Vu les nombreuses blessures sur les corps des migrants, les forces de l'ordre polonaises les ont traités brutalement et les ont chassés par-dessus la grille barbelée à la frontière avec la Biélorussie", a indiqué le Service des gardes-frontières.
Selon les victimes, elles ont été détenues sur le territoire de la Pologne, où elles ont essayé de demander la protection et l'octroi du statut de réfugié.
Moscou accusé de créer une crise migratoire
Le Premier ministre polonais a accusé le 9 novembre le Président russe d'être le "commanditaire" de la vague de migrants qui tentent d'entrer en Pologne.
"Les migrants du Moyen-Orient sont amenés en Biélorussie en avion et servent de boucliers humains pour déstabiliser la situation en Pologne et dans l'UE", a-t-il ajouté.
La Biélorussie a cependant dénoncé ces accusations "sans fondement".
Le Président Alexandre Loukachenko a déclaré que Minsk ne contiendrait plus les migrants clandestins qui se rendent dans les pays européens, car à la suite des sanctions occidentales, il ne lui restait "ni argent, ni force". Les gardes-frontières biélorusses ont plus d’une fois indiqué que la Pologne, la Lettonie et la Lituanie expulsaient de force les migrants en territoire biélorusse.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала